Accueil Billets préférés Mon marathon de Milan : Des rires, de la sueur et une...

Comme disait Winston, je n’ai qu’à vous offrir du sang, de la sueur et des larmes.

Encore que.

Du sang, pas trop, à part une belle ampoule au pied gauche et l’ongle rouge fluo de mon gros orteil qui va virer noir juste avant l’été donc. De la sueur, pas trop non plus, vu les 27° au compteur de l’arrivée. Et ce petit vent du Sahara rafraichissant, parfait pour assécher ma bouche.Des larmes, non en fait une, à l’arrivée, les yeux dans le ciel pour remercier mon étoile.

Dimanche 10 avril, 7 heures du mat, Bob et moi dans l’ascenseur du Four Points Hôtel (qui nous a facturé 19€ de connexion Internet alors que le wi-fi était gratuit… Benvenuti in Italia), le dialogue :

Lui : qu’est qu’y a, ça va pas ?
Moi : hum, si, si, ça va
Lui : mais quoi ?
Moi : mais rien ça va
Lui : mais non ça va pas dis quoi ?
Moi : hum, si ça va j’te dis
Lui : Oh p********* ! Joyeux anniversaire Mel !
Moi : Ouais c’est ça, trop tard, ça fait 15 minutes qu’on est levés, t’as oublié, t’as oublié !

Petit déj, sur les 4 riz au lait de 125 gr imposés par Bob j’ai réussi à en mettre 1 à la poubelle sans qu’il ne me voit. Café americano, une tartine, du miel sur les conseils de Jipé et hop je saute dans ma jupette Salomon, non testée avant le jour J, une hérésie selon Nathou.

Direction le métro avec 15mn de retard, la faute à Pascal et à sa dernière cigarette.

Kiki, Philippe, Nathou, Alain, Jipé, Chantal et Christophe sont là aussi. Heureusement d’ailleurs, parce qu’on s’est trompé de métro, évacuation en urgence station Pagano destination Rho et sa fiera (comprendre : le parc des expos). Imposant, immense, des plombes pour le traverser et rejoindre le départ, un détour imposé dans un parking par l’organisation, les toilettes font salle comble, tout le monde attend, sauf moi, je me précipite à l’intérieur de la première porte qui s’ouvre (à l’italienne donc). On repart. Le sas des 4h30, un vrai bordel (à l’italienne toujours).

A peine le temps d’étreindre Bob, Kiki, Christophe et Philippe qui se demandent si je ne suis pas devenue folle que le starter retentit au loin.
Forza, dai, avanti ! Je m’applaudis.

La zone, le soleil, le bitume et les voitures qu’on croise pendant 20km, la moto des photographes qui passe, dépasse et repasse devant nous, et les relayeurs à toute berzingue qui nous gueulent de nous écarter, slalomant parmi les 6mn au kilo et moi et moi et moi. Ben moi : je vais bien, très bien même, on discute, on rigole, on mesure la chance qu’on a d’être là, ensemble, Bob fait son paparazzo entre 4 pauses pipi (en rentrant je le fais voir à un urologue, c’est décidé). Kiki a sa tête des mauvais jours, il traine sa fesse, c’est dur pour lui.

Réunion au sommet, puis vote : Kiki doit sortir du loft. Au 13 ème. C’est sans appel.

Pascal, relayeur de l’équipe B, met un temps fou à nous rattraper, il est parti 20mn après nous mais quand même. Finalement, il nous double avant le passage du 1er relai.
Quelque part du côté del Stadio di San Siro, sans ses tiffosi. Pas grand monde sur le bord de la route pour m’encourager, heureusement que j’ai ma team. On n’est jamais si bien servie que par ses autres choisis par moi-même.
Un mirage, le panneau du 39ème km sur la droite, l’hélico de la Rai au dessus, ça y est, j’y suis. Enfin, non, pas moi, mais Naibei, le Kényan, suivi de près par son rival du jour, l’italien Pertile. Grand moment, j’oublie la fatigue, j’allonge la foulée, lui ou moi c’est pareil à deux heures près.

Passage au semi en 2h09, on tient la moyenne, on s’arrête tous les 5km pour le ravitaillement, chiche, très chiche, la prochaine fois j’emmène ma bouteille de Contrex.
23ème km, Tof’ et moi grimaçons, la route est droite mais la pente est forte, du Raffarin dans le texte cité par Bob pour commenter l’escalade de la côte qui nous mène à sa belle Hélène, qui je le sais nous attend.
Je n’ai jamais été aussi heureuse de la voir, mais je sais aussi que c’est maintenant que la course va commencer. Et en effet, 2km après, les premiers signes de défaillance se font sentir : j’ai mal aux quadris, très mal aux mollets, encore plus mal aux fesses. Le Compex que je n’ai jamais voulu faire durant ma prépa, les séances de PPG de Marc, the coach, me manquent cruellement. Bob m’avait prévenue. Bob 1- Mel 0

Il teatro alla Scala au 25ème km que je ne vois pas.
La Piazza del Duomo au 26ème, géant.
Et puis c’est à peu près tout ce dont je me souviens. C’est dur, très dur, je commence à ressentir et appeler Enzo à mon aide près des canaux, la devanture d’un magasin «Bordo» face à moi. Je dois m’arrêter, marcher un peu, Philippe 1er roi du marathon et Hélène prennent le relai de Bob pour les mots de soutien, des paroles, des gestes, des regards, tout rien que pour moi. Je me dis qu’un tube OVERTSIM m’attend 5 km plus loin ou que dans 1 km ce sera le ravitaillement, ou que dans 200 m j’attendrai ce panneau ou que… ou que… qu’est-ce que je fous là ?

Le 33, le 34, le 35 ème km ne défilent pas. Le macadam et moi, on ne fait plus qu’un. Je marche à nouveau, je n’en peux plus de ce mur dont Bob continue à me nier l’existence.
C’est dans ma tête, dit-il. Mais moi je m’en contre-fous, j’y arrive plus. J’ai plus du tout de jus, j’ai plus envie de courir, j’aimerais qu’on m’explique à quoi ça sert tout ça.
J’entends mon nom : Carmelina, Carmel, daiiii, Carmel, daiiii ! Je me dis qu’on est deux à porter un prénom à coucher dehors, qu’elle et moi on est dans les mêmes temps, sur le même marathon, comme dans un épisode la 4ème dimension. Mais non, une jolie speakerine italienne au micro, Tof’, Kiki et Jipé à ses côtés, quelle belle émotion, quel moment magique, I want to be a part of it, Milano, Milano, Milano Siiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Tof et Kiki repartent avec nous pour les 7 derniers km…. P********, encore 7 km, l’euphorie est de courte durée, je veux prendre les jambes à mon cou pour m’enfuir mais pas possible j’ai vraiment plus de jambes…. Ma team me pousse, me tire, on refait les comptes, on peut encore finir en 4h45.

Justement, les meneurs d’allure des 4h45 arrivent à notre hauteur, nous demandent «Voi chi siete, maratonei ou rompi coglioni ?» J’apprécie peu l’insulte en temps normal, mais là au 37ème km…bref.
38, 39, 40, l’agonie continue, Philippe 1er roi du marathon, qui ne cesse de me répéter que ça sent bon, Hélène qui est maintenant au chevet de Tof’ et de ses jambes de bois me crie «c’est énorme, tu l’as fait, tu l’as fait !»
Sauf qu’il en reste encore deux. Des km, pas des jambes de bois.

Bob se lâche, il me crie «bon quand est-ce-qu’on commence à courir ????»
Il Castello Sforzzesco en ligne de mire, on le contourne, je me sens pousser des ailes, j’accélère et grille ma team sur la ligne d’arrivée.

J’ai gagné ! Ho vinto même pas honte de mes 4h47.

Main dans la main avec Bob, un homme me prend dans ses bras, il me félicite, m’attendait, me parle de mon récit Share my story, me dit qu’il me suit sur Twitter. C’est simple, c’est fort. A l’image de ce marathon qui restera à jamais comme une des plus belles expériences de ma vie.
Merci à ma team, sans qui jamais je n’aurais éprouver autant de plaisir. Merci à tous ceux qui nous ont accompagné à Milan, pour tous ces moments de franche amitié. Merci à vous tous pour votre soutien. Merci à mon étoile pour m’avoir guidée.

Et vivement mon prochain marathon !

45 COMMENTAIRES

  1. Prem’s!!! Bravo, bravo et encore bravo ma douce, tu l’as fait:o)
    je t’embrasse fort, ravie d’avoir été là!

  2. Bravo Mel, Bravo pour ce récit, cette expérience partagée avec tes lecteurs, ton endurance, ta persévérance, cet enthousiasme à vouloir te dépasser entourée des êtres qui te sont chers.
    Ce marathon donne envie. Bravo à toi et tous ceux qui ont été solidaires de ce challenge.
    Je me dis que je devrais faire un 14 km…. Mouais,pourquoi pas! C’est plus facile mais qui ne tente rien ne fait rien.
    Bon, j’arrête de me goinfrer de chips et ce soir je cours 10 km en moins de 58′. Je vais souffir….
    Encore bravo. Tu nous donnes la pêche. Bises!

  3. Quel beau récit ma Carmel
    En te lisant, je me demande où as-tu puisé toutes cette énergie……. avec lui bien sûr, avec ton coach adoré et avec toute votre équipe de copains ou amis sympas. Mais surtout,toi, avec tes jambes et ta super volonté d’y arriver.
    Tu l’as fait jusqu’au bout. Nous t’envoyons toutes nos félicitations et t’embrassons très fort

  4. Bienvenue Mel !! Dans le monde magique des marathoniens ! Tu l’as mérité toi aussi. Bravo d’avoir su tirer toute l’énergie nécessaire pour continuer et bravo aussi à tous tes amis pour avoir su trouver les mots pour te soutenir.
    Vive le prochain et vive toi !! 🙂 😉
    42195 bisous

  5. bravo, Carmel ton défie et challenge tu les as réussis,

    super tu as dépassé tes limites, j’imagine Man en train de te bousculer mais toujours avec amour. Belle journée pour cet anniversaire bien particulier et qui restera pour toi et ta famille dans les annales.
    Admiration et gros bisous à tous.

  6. Putain Mel’, tu fais ch***, tu m’as tiré des larmes de bon matin (oui, oui ici c’est le matin) !
    C’est avec les images qu’on lit ton récit. Il est superbe !

    On est tous si contents et si fiers de toi ma belle ! T’as accompli quelque chose de Grand dimanche !
    Et comme tu dis, au suivant !

    A ton Etoile …

    Je t’embrasse fort

    MJ

  7. Bravo Carmel ! Moi qui ne suis pas sportive pour un sou, j’admire énormément ta combattivité !

  8. Bravo et encore félicitation pour cet exploit, le jour de ton anniv en plus 😀 Comme quoi quand il n’y a plus de jambes, il y a encore le mental et quand il n’y a plus le mental, les amis prennent le relai jusqu’à l’arrivée…

  9. @tous : merci du fond du coeur. Je disais à Bob ce matin encore comme j’avais étè heureuse de l’avoir fait, entourés comme on l’a été. De pouvoir partager tout ça c’est vraiment fort.
    Nous sommes encore chez ma soeur où l’internet passe mal en plus du clavier qwerty.
    Je vous dis à demain from Bordeaux pour un petit film, encore plein d’émotions et les résultats des concours.
    Je vous embrasse !

  10. Toutes mes félicitations Carmel et très bon anniversaire en retard!!!
    j’ai beaucoup pensé à vous en ce dimanche 10 avril, à bientôt au stade!
    bisous et encore bravo

  11. moi aussi ravie d’avoir été là et pu partager en live tes premières sensations de primo marathonienne:) Mille bravos, bisous!

  12. Encore bravo Mel.
    Le premier marathon a vraiment une saveur particulière, contente qu’il te laisse l’envie de recommencer.
    Bises

  13. Bravo pour la perf et le récit!!! ça donne vraiment envie de faire partie de ce monde magique! Bises

  14. Bravo Mel!!!Tu l’as fait,c’est génial,te voilà marathonienne,tu peux être fière de toi 🙂

  15. Mel, Chicago le 9 octobre, j’y serais pour encourager mon papa (si l’opé a été un succès bien sûr !) alors si t’y es, j’serai là aussi pour toi !

  16. Bravo pour ton courage et ta détermination… Te suivre et vivre avec toi toutes ces émotions sur cette aventure fut un réel plaisir pour nous tous. Bisous à toi, ton coach préféré, tes proches, ton étoile…

  17. Bien joué! superbe anniversaire en tout cas, j’envierai toute ma vie toutes celles et ceux qui découvrent cette distance la première foi.

  18. @tous : merci encore pour tous vos messages, chacun d’eux me va droit au coeur. Vraiment.
    Je crois que je ne réalise pas encore tout à fait…
    C’est énorme d’avoir fait ça entourée comme je l’ai été, avec vous en pensées, c’est vraiment très fort pour mon entrée dans le monde magique des 42km195

    @Cédric : vrai ????
    Rho bah euh je sais pas trop en fait, Bob le coach me dit qu’un second marathon cette année ne serait pas raisonnable, surtout si je veux vraiment travailler pour descendre sous la barre des 4h15
    Je me laisse encore qq jours de réflexion et te dis 😉

    @Mjulie: j’aimerais bcp mais oct c’est trop tôt pour moi, jamais je ne serai capable de me retaper une prépa d’ici qq mois…

    @Oliv : j’attends ton CR du MDP avec impatience 😉
    @Adeline : rdv samedi 30/04 à 9h30 au stade !

  19. Ca a l’air cool sur la photo number 1: tu lèves les bras et tu souris, Bob semble plus concentré sur la course…

    En tout cas, d’avoir été au bout de ces 4h47 bravo, car j’imagine que la dernière heure a pas du etre facile.

  20. Quel récit ……….Bravo ! Du fin fond de mon lit, j’ai pensé à toi !Je n’avais aucun doute sur ta réussite, tu as une volonté d’enfer……..et puis Enzo était là tout près à souffler pour que tu avances encore et toujours !

  21. @Laurent : c’était au départ, j’étais encore fraîche 🙂
    @Anne : oui Enzo était là, surtout au 30ème km quand j’avais mal et puis à l’arrivée, il aurait tellement aimé être avec nous, porter ma médaille et enfiler le tee-shirt…
    Je lui apporterai ma médaille demain, il y a déjà celle que son papa a gagné au marathon de Nice
    @Pat : merci !

  22. Bonjour à tous,

    je voudrais préciser que Christophe et moi nous nous sommesz concertés pour repartir au 35 em km, christophe n’a pas hésité longtemps pour prendre sa décision malgré ses douleurs à son genou ce qui est tout à son honneur car il souffrait, entre acteur et spectateur il a choisi, Hélène a rempli son contrat malgré la chaleur c’est un des très bons souvenirs de ce we à Milan.
    j’ai trouvé beaucoup de solidarité entre nous que ce soit en course comme en dehors.
    christian

  23. bravo pour votre performance et pour votre amitié, cela doit être vraiment super de vivre cette expérience dans cette équipe…

    @Mel avec du retard bon anniversaire

  24. Très belle performance, tout aussi cognitive que physique. GrandeS forceS. Toutes mes félicitations

  25. @Valé : merci !
    @Nico : en effet j’ai appris bcp et pris énormément de plaisir. Merci pour tes félicitations 🙂

  26. salut, me voici de retour de vacances perdu dans la montagne a faire des randonnées interminables, mais ce n’est rien comparé au marathon qu’a réussi à terminer Carmel. félicitation pour ton premier marathon!!!
    Apparemment ca n’a pas était de tout repos mais le plus important c’est d’être parvenu à arriver jusqu’à cette ligne d’arrivé.quelle idée de la mettre aussi loin de la ligne de départ!!!
    enfin encore bravo!
    à très bientôt.

  27. […] Bob qui a bien faillit mourir de jalousie, m’inviter moi et pas lui ! Mais vue mon exploit de dimanche dernier (clic), j’ai préféré décliner l’invitation pour éviter de me mettre dans le rouge […]

Laisser un com'