Accueil Ma vie et moi Projection presse Des Barjots aux Experts, mon envers du décor

Aujourd’hui je reviens (enfin) sur mon évènement bloguesque de l’année. Mon invitation à la projection presse du DVD Des Barjots aux Experts. A Canal +. Moi. Mel. Blogueuse Bordelaise. J’ai du me pincer fort pour y croire lorsque j’ai reçu l’invitation, vous savez.

Passé le premier moment d’euphorie qui a duré trois semaines, j’ai été assaillie par le doute existentiel et les angoisses métaphysiques. L’avant-veille de mon départ. Et je (donc toute la famille) suis entrée dans un état de panique aigu.

Angoisses existentielles : Bob, t’as pensé à me réserver mon hôtel ? Et mon billet de train pour Paris ? Tu l’as pris ? Tous les hôtels sont pleins ! Mais où je vais dormir ? T’as vu l’état de ma coupe de cheveux ? Ils vont me lancer des pierres les handballeurs.

Doutes métaphysiques : Et qu’est ce que je vais leur dire moi à ces joueurs ? Je sais même pas comment je vais m’habiller. De toute façon, c’est simple j’ai rien à mettre.  Parait qu’il y aura Costantini, j’sais pas trop qui c’est. Je connais que Karabatic, et Kinder. Bob tu peux appeler l’ostéo, j’ai besoin qu’il me recentre les énergies. Vite là. Pourquoi ils m’ont invitée d’abord ? Je crois qu’ils ont du se tromper. Ils vont vite s’en apercevoir. En voyant ma coupe de cheveux.

Une fois que tout le monde a été bien soulé par mon stress testing, je me suis détendue. J’ai passé ma nuit à réviser mes classiques. L’Equipe, Handball magazine et HandNews. Et je suis partie pour la capitale en laissant Gaspard et son père décompenser sur le quai de la gare.

Paris mercredi dernier, je descends du TGV gare Montparnasse en trench et petite jupe. Choc thermique. Il fait 2° , à Bordeaux il en faisait 25°.

Je vous passe Zazie dans le métro et mon arrivée à l’hôtel, j’ai tout fait le nez dans mes notes, mes fiches, mes pense-bêtes pour mon Bac blanc télé option interview de Costantini et Nicolas Chardon.
17h00 direction les studios Canal+
Début de panique envahissante.

Arrivée dans le hall de la chaîne, je comprends que le but de ma soirée sera de me confondre avec les murs ou les fauteuils.
Tout le monde semble se connaître, les gens se parlent, je cherche un regard auquel m’accrocher. Personne. Deux charmantes hôtesses distribuent badges et laissez-passer. Je choisis celle de gauche, donne mon nom, mon prénom, elle scrute sa liste, ne me trouve pas. Panique intérieure. Elle appelle sa collègue. Non décidément y’a pas mon nom sur la liste. Ok, pas grave, je rentre à Bordeaux. Mais vous êtes journaliste ? Je n’ose répondre. Vous avez droit à une accréditation presse, file de gauche ! Orgasme. Mais oui où avais-je la tête, je suis journaliste. Enfin rédactrice. Rédactrice journaliste. Un peu. Disons directrice de rédaction, journaliste et blogueuse. Soyons précises après tout.
Accréditation presse en main, dossier de presse au cou, je tourne en rond sur moi-même en faisant semblant d’envoyer des sms à ma rédaction : « Comment va Gassou ? Il a arrêté de pleurer ? Et Ugo il est rentré du lycée ? »
Illumination. Je croise le regard de Nicolas, un des réalisateurs du DVD, je le reconnais. Je l’appelle. Je crie son nom. Je lui cours après. Pas de réponse. Je l’attrappe par l’épaule, implorante, il me regarde, implorant :  » Oui oui je sais qui tu es, mais là j’ai pas le temps, on se voit après « .
J’hésite entre whoooo la vache, call me Laurence Ferrari  et hannn comment il m’a snobée. Je me retourne pour cacher mes larmes de désespoir et tombe nez à nez avec Bhakti, l’agent de Karabatic, rencontré lors de ma visite au village Ferrero (clic). Je l’embrasse, m’accroche à lui comme Bob à ma base My-SQL, on discute, il me présente à son voisin :  » Carmel, blogueuse  » Air interrogatif de son interlocuteur, président du Paris handball club qui semble tout ignorer de ce nouveau métier qui n’en est pas un. Bhakti pédagogue : « C’est une blogueuse, elle écrit pour les mères de famille » Je peine à dissimuler ma stupeur. Euh oui mais pas que. Il en remet une couche : « Elle écrit des articles et se fait arroser par les marques en fait » . Décomposition progressive. Moi qui me suis payée toute seule mon billet de train et ma chambre d’hôtel pour venir. Visiblement l’image de la femme dans la blogosphère a encore du chemin à faire. Et moi aussi.

En attendant de mener mon combat pour réhabiliter la blogueuse que je suis, je prends la direction de la salle de projection. Et m’assois à coté de la chargé de com d’Orangina. Si ça se trouve je vais repartir avec une caisse de soda. Une célébrité du foot s’assoit devant moi. Costantini devant lui. A sa gauche Jackson Richardson. Gregory Anquetil à sa gauche. Olivier Girault derrière lui. Andrej Golic devant lui à gauche. Vincent Radureau juste à droite. Un intrus s’est glissé dans ma liste, sauras-tu le retrouver ?

L’équipe des réalisateurs monte sur scène, se présente, le stress de Nicolas Chardon s’est envolé, je le trouve très à l’aise, drôle, passionné par sa passion et heureux de nous présenter le fruit de leur boulot. Après une volée de remerciements, des applaudissements chaleureux fusent.

Silence ça tourne…

( to be continued)

8 COMMENTAIRES

  1. Pas très délicat mossieur Ong … Je pense que la rencontre au village Ferrero n’a pas aidé, mais bon, ce n’est pas une excuse.

  2. Je crois que Bhakti a une fausse idée de la blogosphère, comme beaucoup (trop) de monde. La faute à certains blogueurs très certainement. Ou à moi qui ne suis pas assez transparente, je ne sais pas. Je suis repartie du village Kinder avec deux oeufs Kinder et trois barres de Kinder Délice. Rien d’autre. S’il y en avait pour 10€ c’était le bout du monde. Si c’est ça être vendue au grand capitalisme des marques :s
    Néanmoins, ce n’est pas ce que je retiens de cette soirée qui a été très chouette !

  3. non je plaisantais en disant cela. Ca m’a fait très plaisir de te revoir Carmel !! Tu m’as fait passer pour un « dur de la feuille » je peux bien te présenter comme une « croqueuse » nan ? bises

  4. @Mel : p’tain ça balance ! c’est viril le hand’ :-)… viens jouer au squash, on est plussssssssss gentil …

  5. @Chardon : mais y’a pas de quoi. Tout le plaisir était pour moi !
    @Bhakti : moi aussi ça m’a fait super plaisir de te revoir. C’est vrai qu’à chaque fois je te trouve quelque chose 😮 Je suis pas sympa :s
    @Man : je rêve, t’as pas encore placé ton squash ! ? !

Laisser un com'