Accueil Ma vie et moi A Enzo Fécamp, bord de mer

Le titre n’est pas de moi, mais de Monet. Nous sommes partis le week-end dernier en Normandie du côté de Fécamp pour fuir ce 1er novembre triste comme 4 années sans Enzo.
J’ai découvert dimanche matin en courant sur la jetée que Monnet avait vécu là, grâce à quelques toiles reproduites, en bord de mer. Monet a peint la Côte d’Albâtre, la mer, le ciel et la terre jaune, l’horizon vert et bleu juste après la mort de son épouse.
Je n’y connais rien en peinture, j’ai un peu plus d’expérience en tristesse et en remous qui fouettent et vous abattent violemment. Je ne sais pas si l’eau, la terre et le ciel gris-vert de Monet figuraient sa peine et en même temps la vie qui continue. En tout cas, c’est comme ça que moi j’ai ressenti ce 1er novembre en Normandie avec Bob et Gaspard et sans Enzo. Mi-triste, mi-heureuse. J’ai essayé de profiter d’eux autant que je pouvais. Je me suis recroquevillée sur ma peine un peu au début mais les rires de Gassou, les blagues de Bob, les crêpes et les Saint Jacques ont eu raison de ma douleur.
Finalement ce week-end de Toussaint a été doux et gourmand. Le retour un peu moins.

Pour les jolies photos, il faut voir le Pinterest de Bob, c’est là.
Gass Fécamp

Gass&ManFécamp

1 COMMENT

Laisser un com'