Accueil A la une On the Rhodes again

Mille fois j’ai remis mes baskets en me disant cette fois c’est la bonne, cette fois je ne recommencerai plus mes conneries. Définitivement, je jure devant les Dieux du Stade que c’est la dernière fois que j’arrête de courir après avoir repris et avant de re-décrocher pour re-recourir quelques semaines plus tard. Marre de cracher mes poumons et de traîner des cuisses de 200kg.
Stop. Ça suffit.
Motivation puissance 100 ON. Si les alcooliques anonymes cherchent un gourou pour trouver les mots qui motivent, c’est le moment de faire appel à moi, je suis chaude bouillante.

Puisqu’on y est et que je me prends pour Rocky, j’en profite même pour vous donner le conseil sportif de l’année qui me vient là tout de suite à l’esprit : ne décrochez pas. Jamais. Never.
Continuellement se remettre à courir dans la souffrance c’est vraiment pas une bonne façon de se faire du bien. C’est même contre-productif, je fais le yoyo sur ma balance et je ne parle pas de mes perfs en course à pied qui, elles, ne font pas le yoyo. Elles sont nulles.

Et nous revoilà donc hier, à la 1000 et unième fois, ma motivation de fer et moi sous le soleil de Rhodes.
J’ai donc re-repris tout juste une année après avoir (re-)arrêté sur mon beau 1H59 du semi-marathon de Paris.  Bob en coach running fidèle. Un Saint homme.

On avait projeté de courir ensemble suivis de Gaspard á vélo. C’était sans compter sur les loueurs de vélo grecs qui refusent  de louer des vélos aux enfants. Circulation trop dangereuse sur l’île.
Surement la raison pour laquelle le casque pour les deux roues ou la ceinture de sécurité dans les taxis sont encore en option à Rhodes. Personne n’en porte …
Bref. Pas de vélo pour les vacances de Gaspard, ça veut dire pas de sortie course à pied avec Bob. Forcément, il y en a un qui reste avec Gass pendant que l’autre part courir sans l’autre.

Mais pas de problème. Je suis forte, motivée et souple.
Au programme pour ma 1ère séance : 20mn de fitness intense coachée par Bob et 40mn de course à pied dans la foulée. Seule.
A 17h.
A 16h30, les Dieux du Stade m’ont envoyé (surement pour tester ma motivation), le déluge de l’année. Genre tempête tropicale dans la jungle birmane. Appelez-moi Rambo.
Alors que tous les guides du routard de France et de Navarre sont unanimes : il n’y a que 65 jours de pluie sur 360 à Rhodes, c’est l’île grecque la plus ensoleillée qui soit. Beau temps, soleil et température caliente à gogo. Sauf quand je viens.
Mais pas de problème. Je suis forte, motivée et souple.
Au programme pour débuter cette reprise en main : 45 mn de fitness. Dans la superbe salle de l’hôtel.
Contre toutes attentes et envers et contre tous les Dieux grecs, j’ai réussi à refourguer Gaspard au mini-club de l’hôtel et j’ai pu faire la séance que je voulais.
La motivation et la chance sont définitivement avec moi et Gaspard ira au mini-club tous les jours.
En images et en condensé, ça donne ça le Vine que voilà.
(Et la figure sur la photo de Une s’appelle « le Parachutiste », parfait pour travailler la chute de reins (les lombaires aussi) et les fesses. Allongez-vous et soulevez les bras et les jambes en même temps. 3 fois 20 répétitions).

Pas de commentaire

Laisser un com'