Accueil A la une May I have your attention please

0

May I have your attention please, there is fire in the building. Please go away of your flat.
May I have your attention please, there is fire in the building. Please go away of your flat.
MAYDAY
MAYDAYYYYYYY
Il est 5h du mat, on vient d'atterrir à Miami. 14 ème étage de la tour sud du Flamingo unit 28 et la sirène du générique de Starsky et Hutch me réveille de mon jetlag pour nous informer qu'il y a le feu dans le building. Manu et Gaspard sont en train de faire un shooting photo de la skyline de Miami by night sur le balcon.
Ugo passe une tête et me demande c'est quoi ce délire.
Tout est normal.
On va décéder dans un incendie lors de notre 1er jour de vacances qui nous a coûté un Codevi et demi.
Je prends un gilet, on sait jamais ça peut servir par 40°. Gaspard son sac à dos avec toutes ses consoles de jeux et on descend les 14 étages à pied. Seuls au monde.
Soit les américains sont sourds, soit on est les seuls habitants de la tour infernale. En feu.
En bas, on croise des filles en talons de 15 et drôlement (dé)vêtues ( my body my choice à fond) qui rentrent de boîte de nuit et vont se coucher. Elles prennent l'ascenseur. Elles vont donc brûler et la sécurité du building s'en fout.
Les pompiers arrivent dans un truck de 10m de long.
Welcome to Miami.
Night 1.
On parle à des touristes turcs qui parlent parfaitement anglais et français en attendant qu'on nous file des infos. Personne ne comprend rien à la situation. Et surtout, on est toujours que 8 en bas d'une tour en feu de 15 étages.
On remonte se coucher, les pompiers ne nous expliquent pas que c'est un détecteur de fumée qui s'est déclenché.
Manu pense que demain on sera témoin d'un homicide par arme à feu en pleine rue et que les States c'est super.
Je crois que ces vacances vont être merveilleuses.
Je me rendors comme un bébé en pensant que je ne PEUX pas ne pas publier ça sur Malinmaligne, le blog.
Et comme je suis trop réactive, j'écris 48h après.
Tout ça est surréaliste. Je pense que je vais me remettre à écrire, à faire du sport et enfin muscler mes fesses et perdre ma bouée. The american dream is on (fire). (ahah).
Sinon, j'ai l'impression que les 60% de taux d'humidité ambiant ont un effet repulpant de folie sur mon visage et que j'ai laissé mes cernes à Paris.
To be followed…

Pas de commentaire

Laisser un com'