Home Courses toujours Courses locales et universelles
Les malin maligne et leurs amies en compét', pour de vrai ou pour de rire

Bon fini la déconnade, une semaine à me la jouer sur la météo, le style littéraire en bandoulière et boum ! le mégamur en béton armé dimanche 6 avril à partir du 35ème km.

Aucune excuse. Ma vie est finie, je suis nul, j’arrête la course à pied pour les cours d’œnologie. Je ne vous raconterai pas mes soucis gastriques (poésie du dimanche soir), p’tain mais pourquoi y’a-t-il si peu de toilettes sur le marathon passé le 25ème ? ni mon problème de muscles fessiers (rien de sexuel rassurez-vous), épisodes sans intérêt.

Pas d’excuse.

Ironie de l’histoire avec un grand « F » comme famille, moi incapable de suivre sur les 7 derniers kilomètres le rythme imposé par la star des médias ovillois et par Ugo, ce fils aîné métamorphosé en sportif pro depuis 3 mois, leur demandant de ralentir, les engueulant même de ne pas me comprendre, mais finalement si heureux d’avoir partagé ce moment à eux, le marathon de Paris 2014, métaphore au ralenti de ma vie… Ce tee-shirt FINISHER offert à Ugo parce qu’il le vaut bien, la médaille à Carmel parce qu’elle le valait bien.

Ugo dans le RER A du retour « Tu ne peux pas rester sur un échec, tu devais finir le marathon de Paris et ne pas abandonner, tu dois repartir, travailler tes points faibles avant  Berlin, je vais te coacher d’ici septembre« . Note à moi-même : sortir ROCKY de sa vidéothèque.

Ce sms de maman :

Manu il faut que tu t’arrêtes mon plus grand souhait c ça pour le moment. Tu n’as plus un âge pour vouloir faire de grosses performance. Si tu t’arrêtes je t’aimerais toujours et je n’aurais plus de stress de te savoir malheureux de souffrance. Je t’aime, Mamillon

Mignon.

Cet échange de sms, histoire de « femmes » qui me connaissent bien finalement… enfin l’une mieux que l’autre quand même…

photo

PS : ne tenez pas compte de l’orthographe, ma mère écrit comme les djeuns…

Les résultats du marathon de Paris sont ici (clic), bravo à Békélé qui m’a mis 1h15 dans la vue, soit plus de 25 bornes.

 

Les jours se suivent et la météo ne se ressemble pas...

Remords. Je n’aurais pas dû vous parler des corps empalés sur les grilles des cages à lapin (clic) du marathon de Paris. Trop gore. Trop terrifiant. Surtout pour les néo-marathoniens. Ceux qui vont découvrir la souffrance. Le vide. Cette douleur physique infligée sciemment, lentement, profondément,  les muscles qui tétanisent, les rotules qui s’évadent, et les tendinites vieilles de 1 000 ans qui se réveillent en momies avinées, la sueur comme l’acide, les pieds qui gonflent d’ongles noirs, suintants, ou serait-ce des mycoses,  les brûlures au napalm des vêtements mal ajustés, l’esprit running qui dit STOP pour encore, sans trop y croire vraiment, la faim, la soif, ces amis, amours, amantes sur le bord de la route qu’il faut rassurer d’un regard hémorragique,  sans compter, aux dernières prévisions météo, l’humidité et le vent en rafales à souffrir sur 42 km 195.

Une horreur de petits détails qui n’en sont pas du tout.

Lu dans la revue DESPORTS ce matin (clic), une citation de Jean-Jacques Rousseau « Plus le corps est faible, plus il commande, plus il est fort, plus il obéit ». A imprimer sur un  tee-shirt tendance bio-vintage en coton fair trade, texte libre de droit, Jean-Jacques est mort exténué en promeneur solitaire lors de l’ultime kilomètre du marathon du Lac Léman. Triste fin. Baudelaire : « Dieu est le seul être qui, pour régner, n’a pas besoin d’exister ».  Magnifique. Dieu EST le marathon de Paris, je suis son prophète.

Néo-marathonien, ultimes conseils de Lazare, le Saint revenu d’entre les coureurs, celui qui ne supporte plus la grève des aiguilleurs depuis 72h (clic)  : abstenez-vous dimanche 6 avril 2014, excluez-vous pendant qu’il est encore temps de cette boucherie verdunoise, la Lorraine à Paris, ce 32ème km,  ces 35ème,  la grande Armée en retraite de Russie, regardez les, regardez-vous, ces corps qui marchent, ce ralenti animé de mouvements microscopiques, saccadés, une quête du sens de l’inutile interrompue par des mâchoires infernales qui vous lacèrent les quadriceps, vous broient dos, nuque et pour ce qu’il en reste, cerveau.

Future marathonienne, gardez votre lit, home sweet couette, ou si c’est impossible, contentez-vous d’un selfie sous l’Arc de Triomphe en gueulant « j’y étais !», partez flâner sur la plus belle avenue du monde, foncez sur la place de l’Etoile à toute blinde, admirez les cascades du bois de Boulogne qui ruissellent d’écumes scintillantes de beauté, la splendeur cossue des immeubles parisiens, le luxe, le calme, la volupté d’une après-midi au Fouquet’s.

Je vous aurais prévenus.

Dimanche il va flotter c’est sûr, je suis déprimé, jamais je ne ferai 3h04 sous l’eau, je ne sais pas nager.

météo-marathon-de-Paris-6-avril-2014 météo-météociel-marathon-de-Paris-6-avril-2014

On retrouve Loïc avec des nouvelles news du marathon de Bordeaux 2014, à présent dénommé MARATHON BORDEAUX METROPOLE... on n'arrête pas le progrès.

Après, les cochons de l’Espace, Y a-t-il un flic pour sauver l’humanité, Santo et le trésor de Dracula ?

Voici la « multi course(S) de la CUB » …

Soit le Marathon série B version 3 ( prononcez CUB ), donc 3 B :

B comme « Pas dans Bordeaux »,

B comme Bof,

B comme Borderline ( voir définition sous google )

Alors je vous pose la question :

Les organisateurs, les clubs ! et la FFA ont-ils sniffé la ligne bleue ???

( pourtant si chère aux Marathoniens)

A en croire les idées farfelues, les parcours proposées ou la date,  une « Holi run » épreuve spectaculaire où les participants disposent de pigments de couleurs qu’ils projettent en l’air ( !) nous sommes en droit de nous poser la question :

La poudre amidonnée de cette « Holi run » a-t-elle été remplacée par des substances dignes de celles utilisées sur le Tour de France ???

Alors, vous voulez courir ?  Et bien vous aurez la possibilité de le faire dans la Communauté Urbaine de Bordeaux les 02/03 Novembre 2014, soit en pleine Toussaint !

Un semi, un 30km, un marathon relais et même un vrai marathon et clou du spectacle,  la « Holi run » sur 5km ou 10km ….

Ah tiens, ils ont oublié le saut à l’élastique du Pont d’Aquitaine !!!  Heureusement, que le ridicule ne tue pas … Live Strong …

La CUB a donc rendu sa copie et proposera moultes épreuves et  formules sur ces 2  jours.

Concernant la grande course ( 42.2km ), le départ se fera non pas de Lormont, mais au pied du pont Chaban-Delmas.

Direction vers le sud au bord de l’eau jusqu’au Pont de Pierre puis direction l’ouest vers l’autre Chaban-Delmas, le stade cette fois.

Ensuite, sortie de la ville de Bordeaux, pour aller courir dans le campus de Talence  – Il est franchement à souhaiter que le parcours soit TRES animé type groupes de Hard Rock sur le bord de la route, sinon je crains fort que les coureurs ne s’endorment sur le parcours dans ce secteur estudiantin très vivant le week-end …

Car les étudiants, en plein mois de novembre, un dimanche, vers 10h00 et si la météo ressemble à celle des jours derniers, ne comptez pas sur eux pour vous applaudir … !!! Si ce n’était pas un marathon, je serai mort de rire en disant cela … mais là, rire jaune …

Ensuite un petit tour par Pessac et son célèbre miroir d’eau  [ – pas bien de se moquer ; désolé mais c’est affligeant comme parcours – ]

Pour ceux qui s’ennuie, seront offerts des Rubik’s cube – je blague !  –

Bifurcation vers les vignes d’Arlac, quartier vigneron de Mérignac, mignon mais pas à cette période de l’année et ensuite direction les boulevards par Bordeaux Caudéran ( Youuh l’ambiance – il y a bien quelque belles bâtisses à regarder… )

Et ensuite « descente » vers le quartier de Ravezies par les boulevards , ( là encore, quelle misère un dimanche ! )

On tourne à gauche vers le Lac, un petit tour de ce merveilleux plan d’eau , surtout entre le 28ème km et le 35 km, il faudra être très très très motivé à ce moment de la course pour avancer encore au beau milieu de cette morne plaine.

Une fois le « Loch Ness bordelais » passé  et le mur du 35ème km du côté du Vélodrome, un petit « presque tout droit » vers le Pont Chaban Delmas très certainement après avoir été salué à chaudes mains à travers les quartiers des Aubiers et de Ginko et la base sous-marine en ligne de sté…

Il y a bien un Mac-do dans le secteur pour y faire un ravito ( sûrement recommandé par l’un des clubs organisateurs )

Et vous voilà marathonien CUBISTE !

ou comment faire 42,195km un dimanche si l’on a pas autre chose à faire le jour de la Toussaint …

En espérant que la médaille sera belle et que l’on ne vous offrira pas des chrysanthèmes à l’arrivée !

 

A vous de juger :

> Marathon Bordeaux métropole 
Les 1er et 2 novembre prochains se tiendra la première édition du marathon de l’agglomération bordelaise. Plusieurs épreuves sont au programme : un marathon seul(e), en duo ou en relais, un 30 km et un semi marathon. À noter également la Holi Run (5 et 10 km) qui amorcera le weekend dans une ambiance festive ! Inscriptions à partir d’avril 2014.
Plus d’infos<!–[endif]–> : http://marathon-bordeauxmetropole.fr/

marathon-bordeaux-métropole

 

 

 

 

Autant l’avouer de suite, j’ai perdu mon pari fou pris un soir de novembre un peu trop arrosé. Moralité : il faut que j’arrête de boire. Ou que j’arrête de prendre des paris fous.

Mais surtout il faut que j’arrête de tomber malade pendant ma prépa. Parce qu’une bronchite grippale (enfin une pneumonie) (à peu près) suivie d’une flemme carabinée les semaines qui suivent ça empêche une Carmel de courir un semi-marathon en 1h53. De toute façon, 1h53 c’était un chrono bien trop ambitieux pour une reprise. Surtout avec un record à 1h59.
Mais peu importe. Dimanche, j’ai couru le semi de Paris en 2 heures. Et 17 secondes dans ma face. Et ça n’a été que du bonheur. Surtout pendant les 14 premiers kilomètres. Après je suis rentrée dans le dur. Et ça m’a fait super mal.
Tof, Hélène et leur tribu étaient venus passer la semaine avec nous. Une semaine merveilleuse qu’on avait projeté de terminer en beauté avec ce semi-marathon.

Pour l’occasion, comme à Milan, ils se sont relayés à mes côtés dimanche matin pour que je passe sous la barre des deux heures. Mais ça n’a pas suffit.

Toutes les conditions étaient pourtant réunies. Du soleil, du ciel bleu, un monde fou, des copains-collègues, Paris pour nous pendant 21km, le bois de Vincennes, les quais de Seine, Notre Dame, l’Hôtel de ville, la rue de Rivoli, même la rue Taine et son dénivelé de folie au 8ème km ne m’ont pas fait mollir, j’ai pris la Bastille à l’aise à l’aller et c’est ensuite que j’ai coincé.

Pas de surprise, je savais qu’au delà du 15ème kilomètre, ça allait être compliqué.

Même Hélène et sa pêche d’enfer ou Tof et sa bienveillance à toute épreuve n’ont pas réussi à palier mon manque de prépa. Malgré tout, ils ont adouci le mur du 17ème et m’ont permis de finir en beauté, le sourire béat scotché aux lèvres, ma main dans la leur.

J’ai adoré courir avec eux, j’ai adoré courir ce semi, j’ai pris énormément de plaisir à être là tout simplement, à porter le maillot des Emplaqués, à être boostée par leurs encouragements, à découvrir les groupes de musique qui jalonnaient le parcours, à traverser Paris, à être un peu dans ma bulle, juste bien.
J’ai retrouvé l’envie de courir, de chausser les baskets chaque semaine, de m’aligner sur la ligne de départ de grosses courses. Bref, dimanche, j’ai eu ce petit goût de reviens-y que je n’avais pas éprouvé depuis longtemps.

C’était bon et ça suffit à mon bonheur tout comme ce selfy pris dans le RER qui nous emmenait sur la ligne de départ …

SEMIPARIS

 

Une montre, des potes et du vin rouge, le tiercé réussi d'un dimanche ensoleillé dans les rues de Vincennes, Paris et Houilles...

C’est trop bon, c’est fini, fini, fini l’attente, fini la patience, la GARMIN 620 est à moi, tout à mouaaaa, rien qu’à mouaaa ! après 8 très longues semaines d’attente, 8 très longues semaines de prêt à Mel, 8 semaines à la voir ne rien comprendre à ses pulsations, à son corps, à son oscillation verticale et horizontale (clic), 8 semaines à la voir utiliser la GARMIN 620 pour surveiller le temps de cuisson des pâtes, ou l’heure de retour d’after du grand,  8 semaines à attendre, mais maintenant elle est à moi, for ever and ever.

GARMIN 620 is mine.

La  GARMIN 620, celle qui te calcule ta VO2 max, te dit combien de jours tu dois récupérer après l’effort, celle qui te prédit ton temps sur marathon comme Nostradamus la fin du monde, le must de chez GARMIN, acheté d’occaz sur LEBONCOIN un jour de janvier 2014 à beaucoup moins cher que le neuf chez ton revendeur préféré.

Ce long sacrifice, appelons un chat une chatte, devait permettre à feu la star des médias bordelais reconvertie en reinedublogd’Houilles, de pulvériser son record du monde du semi-marathon le 2 mars 2014 à PariscapitaledelaFrance. Je ne vendrai pas la mèche du poil de l’ours du résultat final, un jour sans doute Mel vous narrera-t-elle ses exploits. Ou pas. La GARMIN 620 lui avait prédit 1h45… sauras-tu patienter amie lectrice ?

De toute façon moi j’ai mieux pour toi tendre liseuse, maintenant que la montre est paramétrée  toute entière sur mes constantes vitales, cœur, poumons et  pousse des cheveux, tout mon moi sportif est sur http://connect.garmin.com/, alors toi aussi viens me découvrir en choisissant MALINMALIGNE dans le menu explorer, puis personne,  sublime association de mots confinant au surréalisme, avant de taper « enter »et que la chevillette ne choie.

Mon semi-marathon de Paris 2014 ?

Je ne vous raconterai pas le retrait des dossards avec Tof’ vendredi et la discussion au pied lever avec Ramzy (d’Eric et Ramzy) ou plutôt son sosie, rencontre improbable sous la pluie, conférence improvisée sur l’art de la course et le pourquoi du comment courir quand on est jeune, débutant et qu’on lit tous les mois JOGGING-INTERNATIONAL,

je ne vous raconterai pas non plus mon petit déj’ du dimanche, riz au lait, tartines d’un pain complet conservé au torchon depuis une semaine, beurre du crémier et miel made in Bourgogne,  3 gélules de charbon végétal et 1 d’ultra-levure contre les soucis gastriques,

je ne vous raconterai pas tout celui à qui j’ai pensé pendant les 21,1 km du parcours en-urbainé des rues de Vincennes, Paris, Saint Mandé et Vincennes, le macadam vers mon étoile, Zozo, tu me manques toujours plus autant chaque jour qui passe, même si tous ces kilomètres m’offrent un vrai plaisir d’exister, là, maintenant, au présent, avec le tee-shirt rose des Emplaqués sur le dos (clic),

je ne vous dirai pas non plus que Tof s’est envoyé presque tout seul avec moi une bouteille de Bandol Château de Pibarnon 2009 après la course, ce Bandol (clic), un pur régal, vendu prix affiché 29€ à Carrefour Montesson mais le code barre déconne et tu le paies seulement 24€, une affaire à ce prix-là.

Non, vous ne saurez rien de tout ça.

En revanche,  la lecture de ces petits méls entre potes, des méls de débrief d’après-course, vous apprendront que j’ai lâchement abandonné un ami, un coureur à très haut potentiel dont j’étais le petit lapin blanc vers la door des 1h29 en ce dimanche 2 mars 2014. C’est trop de délation pour vous en dire encore plus sur moi…

 

—– Message d’origine —–

De : Thierry

Envoyé : Sunday, March 02, 2014 03:57 PM À : Mathieu; Emmanuel; Aymeric

Objet : Semi de Paris 2014

 

Alors, résultats ?

 

 

De : Emmanuel

Envoyé : Sunday, March 02, 2014 05:20 PM À : Thierry; Mathieu; Aymeric

Objet : Re: 

 

Hello

Record du monde pour Mathieu. Sans forcer… 1h29. Moi j’en avais marre de le voir sous-employer son énorme potentiel physique alors j’ai un peu accéléré pour finir en 1h27…

 

 

De : Mathieu

Envoyé : Sunday, March 02, 2014 06:26 PM À :  Emmanuel;  Thierry;  Aymeric

Objet : Re

 

C’était super pathétique de voir Manu partir comme ça, comme un fou, en se retenant tout le temps pour s’assurer que je ne le suivais pas, juste pour montrer que c’est encore lui le chef. Face à cela, je suis resté digne. Je l’ai laissé partir alors que mes puls étaient peut être à 145/150. C’était mieux ainsi.

 

Mathieu Kipketer

 

Ps: ne le croyez pas s’il vous propose de vous accompagner sur une course…

 

 château-pibarnon

Pour la photo, Mel m’a refusé tout droit de reproduction d’un joli cliché pris par Tof au départ, elle s’y trouve trop rougeaude. Alors tant qu’à vous mettre une photo de rouge, autant partager un Bandol de chez Pibarnon (à consommer avec modération et aussi avec 3 fruits et légumes par jour, ATTENTION contient des sulfites et pas que).

 

 

 

UA-9091949-2