Home Testé pour vous Centre médical

C’était vendredi il y a 10 jours. Une après-midi pas comme les autres. Offerte par Weleda, la marque de cosmétique bio et naturelle. Un très joli cadeau comme m’en apporte régulièrement ce blog. Une après-midi entière à l’Insep, l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance. Le temple du sport, la fabrique à champions. L’ENA des sportifs de haut niveau.
Moi, Mel et mes 1h58 et 04 secondes au semi de Paris (je vous expliquerai) (sur la tête de mon Garmin je vous jure que j’ai fait moins de 2 heures au semi de Paris).
A l’INSEP.
On peut dire que Weleda et moi c’est du sérieux, après le dossard pour la Parisienne, m’offrir une après-midi entière à l’INSEP en open bar. C’est énorme.
Le programme était chargé. Un accueil café-mignardises-eau plate pour moi. Un peu d’auto-promo pour la marque. Des professionnels de l’INSEP pour nous présenter l’endroit et nous faire l’article sur les installations, la prise en charge et l’enseignement, une nuée de blogueuses modes et beauté et quelques blogueurs de la runosphère aussi.
Au choix, on pouvait faire du sport à petite, moyenne ou forte dose, se faire masser par les kinés de l’institut themselves, avoir accès à la balnéothérapie et découvrir la cryothérapie. Tout ça au milieu d’athlètes en jogging. Franchement. J’en aurais pleuré.
D’ailleurs j’ai fait un malaise.
Je vous raconte après.
Avant, je voulais quand même vous parler de cette séance de fractionnés qui m’a tueR. Ivre ou dans un accès de folie, je ne sais plus, je me suis inscrite dans le groupe des vrais coureurs, ceux qui courent vraiment dans la vraie vie, genre Greg Runner et sa prépa de l’Ecotrail, celle du 80km.
Manifestement, on ne peut pas dire que j’ai le niveau. Cette séance mémorable de fractionnés m’a laissé exsangue et déprimée. Exsangue parce que punaise, aligner une séance de 20 fois 110m avec 30 secondes de récup après une matinée de boulot, c’est dur. Et déprimée parce que les 3 autres filles qui étaient avec moi et qui n’étaient à priori pas plus sportive que ça, m’ont obligée à me sortir les tripes pour ne pas que j’ai l’air complètement ridicule.
Ouin.
Bref. C’était quand même chouette. Ça m’a permis de ne pas faire ma sortie du samedi. Héhé.
Surtout, j’ai appris une chose importante que je vous livre bien volontiers. Le conseil running du coach Weleda, triathlète et prof de sport de son état, deux points, j’ouvre les guillemets. Quand tu es sur le point de finir une sortie longue, c’est bien de TOUJOURS terminer par une ou deux lignes de sprint. Sans te mettre minable, ça te permet de rester sur de bonnes sensations et de ne pas rester tout avachi et crevé de tes 20km que tu viens de te taper. Ton corps imprime cette dernière sensation, celle qui lui signifie que tu es bien alignée, grande, forte et rapide.
Après cette séance de fractionnés de la mort, j’ai quand même trouvé la force de me diriger d’un pas svelte et alerte vers la suite de mon programme : la chambre de cryothérapie.
La chambre de cryothérapie, c’est une espèce de grand sauna congelé à -110° dans lequel on enferme les athlètes de haut niveau pendant 3 minutes maxi pour les détoxifier et les aider à récupérer. Le froid extrême agit comme un anti-douleur, c’est un vasomoteur, un anti-inflammatoire puissant et il permet le relâchement musculaire.

Comme une vraie athlète que je ne suis pas, j’ai été obligée de passer par la case médecin avant de me geler les quadriceps. Parce qu’on ne rentre pas dans la pièce à -110° comme ça. D’abord tu vois le doc, trèèès sympa, qui t’ausculte, t’examine et donne son feu vert de non-contre indication à ta plongée dans l’âge de glace.
Puis, on t’équipe, chaussettes et chaussures, masque et gants pour éviter que tu ne perdes tes extrémités et tes muqueuses.
Ensuite, tu regardes un peu ceux qui passent devant toi et tu commences à baliser en attendant ton tour.
Tu choisis une musique que tu auras le droit d’imposer à tes petits camarades de galère pendant 3 minutes. Le générique de Rocky et son Eye of the Tiger en l’occurrence.
Et enfin, tu pénètres presque nue dans une première pièce à -10°, puis une seconde à -60° pour t’enfermer dans celle à -110° qui n’était ce jour là qu’à -90°.
Et ça fait quoi d’être à -90° ?
Franchement, ça fout un peu la trouille. Tu commences à sentir le froid glacial presqu’instantanément, tu rigoles, tu marches un peu, tu chantes et puis au bout d’une minute tu sens que le gel t’envahit et te prend.
Le gentil organisateur te dit alors de te détendre, il te décrit tes sensations avant que tu ne les ressentes et t’explique que c’est mieux de ne pas lutter contre le froid. Qu’il faut l’accepter pour mieux le maîtriser.
Le temps passe vite somme toute. Et puis tu sors.
Le GO te prend ta température cutanée qui est descendu à 10°. Tu fais wouhaou.
Tu remercies. Tu décris un peu tes sensations et tu échanges tes impressions avec les autres. Tu regardes l’heure. Tu récupères ton Iphone, tu vois que ta jeune fille au pair t’a laissé un message te disant que Gaspard a 39° de fièvre. Tu te dis que franchement les gosses hein. Tu décides finalement de rentrer. Tu salues. Tu te diriges vers la sortie.
Et là, tu ressens une douleur très forte dans la poitrine qui t’empêche de bouger. Tu t’arrêtes. Tu attends. Tu cherches du regard quelqu’un. Tu ne trouves personne. Tu te remets en marche et ton cœur se sert à nouveau trop fort pour que tu puisses continuer seule. Tu trouves enfin une âme bienveillante qui passe par hasard et qui comprend vite que ça va pas bien.
Tu tombes dans ses bras et tu te diriges rapidement avec elle dans le cabinet du doc qui te re-prend en charge vite fait bien fait.
Là, tu commences à te décrisper. Tu te laisses aller dans un fauteuil. Le doc t’ausculte et te rassure. Il n’est pas inquiet. C’est pas un infarctus. Tu n’en décris aucun des symptômes. Ton cœur bat normalement. Il a écouté longtemps.
Très certainement une douleur intercostale qui commence déjà à s’éloigner. Tu as du faire un faux mouvement en relaçant tes baskets. Ce serait bien de faire un petit check-up quand même pour se rassurer mais tu peux rentrer et reprendre le cours de ta vie d’avant.
Et oublier ta carrière de sportive de haut niveau…
Voilà, tout va bien. Malgré ce petit malaise j’ai passé un super moment et je demande pardon publiquement à Greg qui a suivi toute la scène incrédule, en se demandant si j’allais m’en sortir ou pas ^-^

Cryo cryoINSEP

Hier je vous parlais de Célène et de son studio Pilates (clic) au sein du centre Aesthemedics évoquant furtivement le prénom de Victoire. Aujourd’hui, je développe.
Victoire fait donc partie de l’équipe du centre, elle est l’une des deux ostéopathes, elle est en quelque sorte le « medics » de Aesthemedics.

Mais Aesthemedics c’est quoi exactement à la fin ? Aesthemedics ( scusez la répétition, je travaille mon réfèrencement Google) regroupe des spécialistes de la beauté et du bien-être , un coach sportif et deux ostéopathes. Et le coach sportif s’appelle Vladimir. Mais je ne l’ai pas testé. Son titre de coach contrôle musculaire m’impressionne. Son prénom aussi. Et le fait qu’il ait été enseignant dans des écoles de cirque, je ne vous dis même pas.

Une équipe de professionnels donc qui travaillent en synergie pour améliorer votre santé en s’occupant aussi de votre bien-être. En effet, Célène a eu l’idée pour optimiser la prise en charge de vos « maux » de rassembler autour d’elle une équipe pluridisciplinaire. Et en toute cohérence de demander à ses nouveaux clients de passer avant toute chose entre les mains de Victoire, l’ostéopathe. Victoire est diplômée du Collège Ostéopathique Européen ( la voie royale) et jeune ostéopathe D.O.
Elle fait un bilan de votre état de forme, s’intéresse à vos postures, à vos appuis, à vos déséquilibres et en réfère à Célène, qui s’appuiera sur son bilan pour vous proposer un programme de Pilates sur mesure.

Rendez-vous pris juste après mon retour du marathon de Milan (clic). Je me présente complètement nouée de partout, les jambes lourdes et le dos en compote. Ca tire en haut à gauche, j’ai du mal à me pencher en avant pour lasser mes baskets, j’ai 87 ans. Mais je suis marathonienne. Yeah.

Victoire me demande de me déshabiller et de me tenir droite. Elle m’observe et en substance écrira à Célène que :

A l’observation on note une inclinaison du bloc thoracique gauche sur le bloc abdominal gauche ainsi qu’une épaule gauche plus basse et lors de l’inclinaison gauche du patient on observe une rotation droite du bassin.
A ce stade il est clair que j’ai mal à ma gauche et qu’il y a un intrus dans la salle. Il est surtout clair que j’ai un sérieux problème en défense.
Puis lors de la respiration j’ai noté une faible ampliation thoracique plus significative à gauche.
Ah! Encore. A gauche. Bon, on va plutôt rester sur « faible ». Je crois que je vais bientôt pleurer. Comme d’habitude. De toute façon, je ne suis bonne qu’à ça. Pleurer.
Mon traitement s’est essentiellement focalisé sur la région thoraco-abdominal gauche et l’hypochondre gauche.
En effet, la manipulation s’est essentiellement déroulée sur le côté gauche de ma personne. Tout en douceur.
Je suis allée traiter le fascia de l’estomac ainsi que l’axe gastro-oesophagien situé entre occiput et l’espace thoracique des côtes K5 et K7 gauche.
Oui je confirme, elle a traité essentiellement mon ventre alors que j’ai mal au dos en haut à gauche et pas de reflux gastro-oesophagien ! J’ai-mal-au-dos. Mais j’ai envie de faire confiance à Victoire.
Puis j’ai noté une masse de l’intestin grêle en perte de glissement par rapport au sigmoïde ( la portion de colon descendant interposé entre le colon gauche et le rectum situé dans la fosse iliaque gauche)
Ok donc là on a décidé que vous et moi c’était du sérieux et qu’on allait TOUT se dire. Bon puisqu’on en est à parler de mon colon, on peut aussi causer de mon stérilet si vous voulez. Et NON je n’ai pas de photos. Et pas de stérilet non plus. Ben quoi ? On se dit tout, non ? Quoiqu’il en soit les manipulations de Victoire me font du bien au dos alors qu’elle traite toujours mon ventre. Elle ne parle pas d’occlusion intestinale quand même, si ? Non parce que colon + intestin, c’est moyen, non ?

Ensuite dans la région des membre inférieurs j’ai repéré un genou gauche en perte de décompression accompagné d’une perte de glissement postérieur de la tibia-fibulaire-supérieure gauche.
Ah mon genou maintenant ! Là c’est du lourd, syndrome de l’essuie-glace et tutti quanti (clic). Je confirme la perte de décompression et de glissement. Victoire manipule, me parle un peu, travaille beaucoup.
La séance dépasse largement l’heure dite. La douleur dans la partie gauche de mon dos a complètement disparu. Ne me demandez rien, ni quelle technique a utilisé Victoire ni où sont mes côtes K5 et K7, elle m’a tout expliqué mais je n’ai rien retenu si ce n’est que ma douleur dorsale provenait certainement…de mon ventre.
Vous l’aurez compris, j’ai été emballée par cette séance d’ostéopathie comme par le cours de Pilates de Célène la veille.
Une approche globale de votre bien-être dans un centre de remise en forme, si petit soit-il, moi je dis : c’est l’avenir. Célène et Victoire ont tout compris. Sauf que.
Oui il y a un « sauf que ». On a dit qu’on se disait tout.
Sauf qu’avec Célène on n’a pas vraiment (du tout ?) travaillé mon dos. La séance de Pilates a été axée sur des étirements. Des jambes. Étirements dont j’avais absolument besoin après mon marathon, c’est clair. Sans doute était-ce l’urgence, c’est sûr. Mais quid de mon déséquilibre à gauche ?
Vous pouvez évidemment consulter Victoire sans faire de Pilates et vice-versa.
Victoire GARANDEAU
Ostéopathe D.O
59 avenue Carnot
Bordeaux
Tel : 06.10.88.07.99

Sans titre-1C’est en revenant d’un footing sur les quais de Bordeaux, un matin, que je suis passée devant la devanture de l’officine de Léa Morgat.
Les jardins de Léa : produits d’aromathérapie bio.
A peine le temps de rentrer pour taper son nom dans google que je l’appelais déjà pour prendre rendez-vous et la rencontrer.

Je suis une huile essentielle-addict, je suis convertie mais pratique peu. Evidemment toujours à l’affût de la contradiction qui fait tout mon charme.
C’est Bob à la maison qui se shoote à l’eucalyptus dès qu’il sent venir le mal de gorge ou la goutte au nez.
Et lui ça fait des années qu’il n’a pas été malade alors que moi je fais des angines en plein mois d’août et par 40° à l’ombre, à Bordeaux.

Or donc Léa Morgat est diplomée en médecine alternative et en aromathérapie scientifique. Précurseur en matière d’huiles essentielles en France, elle a dirigé un département d’aromathérapie Bio dans un grand groupe pharmaceutique. A formé plus de 4000 pharmaciens aux huiles essentielles, développé des logiciels de formation d’aromathérapie familiale, commis plusieurs ouvrages et fait même partie de l’équipe des Spécialistes, émission hebdomadaire sur France Bleue Gironde.

Franchement, what else ? Non ?

Et bien beaucoup plus que je ne pouvais l’imaginer en allant la rencontrer. Entretien d’ 1h30 à l’écouter me parler des fondamentaux de l’aromathérapie.
Médecine scientifique du 3ème millénaire, adaptée à notre société qui va vite et qui cherche le résultat. Ancêtre moderne de l’herboristerie qui soignait lentement par les plantes médicinales en infusion, décoction ou par macération.

L’aromathérapie s’exerce avec précaution et pas n’importe comment non plus. L’huile essentielle est un produit naturel, certes, mais pas inoffensif. Léa me parle des précautions d’emploi qu’il faut respecter, des doses létales qui existent, de mélanges puissants qui atteignent directement le système olfactif. 800 millions de terminaisons nerveuses qui captent les vapeurs d’huile et qui les transportent jusqu’au système limbique, notre cerveau le plus ancien, sur lequel elles s’appliquent à agir. L’aromathérapie n’a rien d’une médecine douce. C’est la médecine naturelle la plus puissante pour se traiter par les plantes.

Et Léa ne compose pas avec l’amateurisme ambiant qui entoure sa discipline.
Intraitable sur la provenance et la qualité des plantes qu’elle utilise pour confectionner ses huiles, elle revendique le label bio par essence. Soucieuse de connaître toute la chaine de production et d’assurer une rémunération correcte à tous ses fournisseurs, elle pratique le commerce équitable, comme une évidence.

Comme une évidence aussi, elle a développé tout un panel d’ateliers au cours desquels elle transmet son savoir à de petits groupes de personnes venues là se former à l’aromathérapie familiale. Techniques de distillation, d’extraction, dosage, mélange, mode d’utilisation des huiles essentielles, tout est abordé afin de permettre aux participants de fabriquer eux-même leur huile essentielle. Et de repartir avec.

Léa n’a pas de stock, tout est fait main, à la semaine et sur demande afin de conserver toutes les vertues thérapeutiques des huiles.
Parmis des dizaines d’huiles essentielles toute plus attrayantes les unes que les autres, j’ai retenu un sérum anti-âge, anti-tâche, régènérant, naturel, bio, commerce équitable et pas cher. A 38€, que vous pouvez commanderles yeux fermés. Sérum actif à base de d’huile vierge de rose musquée bio du Chili. A ce prix là et vue la qualité de la peau et le teint de Léa, c’est ma découverte de l’année !
J’essaierais bien aussi son atelier Aroma Bio, à Bordeaux, pour soigner toute la Malinmalgne’s family grâce aux huiles essentielles. En couple avec Bob.

Je ne vous fais pas tout le catalogue, vous pouvez aller consulter son site et vous rendre compte par vous même de la richesse de son contenu.

007Si comme moi vous venez de fêter vos 2 fois 20 ans, et que vous faites un peu de sport, réjouissez-vous.
Les bienfaits d’une activité physique régulière ne sont plus à démontrer. Il est scientifiquement prouvé que faire du sport vous prévient de tout un tas de maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du cancer, des troubles cognitifs and last but not least de la sénescence.

Je ne vous apprends rien. Vous saviez tout ça ? Bon.

Savez-vous aussi que si vous vous ruez dans le premier supermarché du sport venu pour vous acheter une paire de baskets et que vous décidez de sprinter histoire de faire un peu de cardio et perdre 3 ou 4 kg avant la plage, vous multipliez par près de 100 le risque d’accident médical ?
Ça, vous ne saviez pas ! Pourtant à défaut d’obéir à certaines règles élémentaires de sécurité, le remède peut devenir pire que le mal.

Alors quoi ? Alors à 40 ans ou à tout âge si vous reprenez une activité physique ou si vous vous engagez dans un programme d’entrainement physique, il serait raisonnable de faire un petit check up. Comme moi.

Oui mais où ? Me direz-vous.
Ben à l’UMAPS ( Unité Médicale Physique et Sportive), vous répondrais-je.
Ah et pourquoi là ? Ajouterez-vous. 
Parce que l’unité est toute neuve, qu’elle a été crée pour nous, sportifs du dimanche mais pas que. Que l’équipe pluridisciplinaire a été pensé pour permettre d’évaluer, prévenir les accidents cérébraux vasculaires, informer, éduquer et montrer l’exemple. Qu’ils se sont donnés de vrais moyens avec un plateau technique d’évaluation cardio-pulmonaire à la pointe.
Et aussi qu’accessoirement le vainqueur du semi-marathon de Lège Cap Ferret l’année dernière c’est Jean-Marc Jousseaume (semi bouclé en 1h11’41). 
Ah et c’est quoi le rapport entre Jousseaume et le schlimblick ? Me demanderez-vous alors. 
Ben le rapport avec l’UMAPS, c’est que Jean-Marc Jousseaume est la star de l’UMAPS !
C’est bon vous avez compris, là ?
Non !?
Et bien, si Jean-Marc Jousseaume et MOI on fait notre bilan médical complet au même endroit, y’a forcément une chance que samedi j’approche aussi et comme lui l’année dernière mon record du monde du semi ! CQFD.
Ils peuvent bien me garantir ÇA les médecins spécialisés dans le sport à l’UMAPS.
Parce que question équipe multidisciplinaire pour une prise en charge globale, ils se posent là à l’UMAPS.
J’y ai trouvé des médecins du sport, des cardiologues, un médecin de médecine physique et de rééducation fonctionnelle, un  podologue, une diététicienne, un psychologue du sport et même des préparateurs physiques.
J’ai pas tout testé, simplement le cardio pour ma part et le médecin physio pour Bob. Et franchement vu le niveau de ces deux là, vous pouvez y aller les yeux fermés.

L’unité est flambant neuve, elle se situe au sein de la Maison de Santé Protestante de Bordeaux-Bagatelle à Talence. Vous pouvez les joindre au 05.57.12.35.53
A titre d’infos, un bilan médical d’aptitude à la pratique d’una activité physique réalisé par un médecin du sport, avec examens cardio, pneumo, locomoteur, digestif, dentaire, électrocardiogramme et interprétation, mesure de peek-flow j’en passe et des meilleurs c’est 40€ (dont 35€ remboursés par la Sécurité sociale). Qu’on se le dise…

UA-9091949-2