Home Testé pour vous Diététique

C’est l’histoire d’un jeune chef de cuisine, parti en Nouvelle Calédonie exercer son métier dans la marine qui se retrouva à former des jeunes en difficulté et qui décida un jour de se réorienter professionnellement et de devenir diététicien.
Pas banal Jérôme Body.

C’est aussi l’histoire d’une rencontre entre lui et moi à l’UMAPS (clic), où il consulte depuis presque deux ans maintenant. Le temps d’une interview. Juste une interview. Une interview comme je les aime qui me donne à découvrir des personnes riches et profondes juste comme ça, pour le plaisir. Pour une fois, je ne préparais aucune course et je n’avais besoin de rien, mes deux kilos en trop et moi étions juste là pour lui, parce qu’on avait échangé un peu avant par mail et que son profil atypique m’avait intriguée.
Reprenons. En Nouvelle Caédonie, Jerôme vit de sport et de « cuisine au beurre et de crème fraîche ». Entre raid et muscu, les journées passent et ne se ressemblent pas. Il cuisine, s’occupe de réinsertion de jeunes locaux, travaille au Centre hospitalier de Nouméa ou au Centre d’éducation diabétique et diététique, observe les pratiques, fait le plein d’expériences et puis un jour décide de rentrer en métropole. A Bordeaux.

Changement de cap, retour aux études, objectif obtenir un BTS de diététicien-nutritonniste qu’il passe en candidat libre avec une seule idée en tête  » PLAISIRS et GOURMANDISES, BON SENS, EQUILIBRE, VARIETE et ACTIVITE PHYSIQUE  »

Exit la cuisine au beurre et la crème fraîche, place à une nouvelle manière de concevoir la cuisine. Jérôme ne sait que trop bien la difficulté que représente un rééquilibrage alimentaire, l’arrêt brutal de ses précédentes activités et son retour à Bordeaux lui ont laissé quelques kilos en trop qu’ils peinent à perdre.
Il applique à lui même la théorie qu’il fera sienne : retrouver une santé et un bien-être optimal grâce à une alimentation la plus saine possible et retrouve en effet très vite son poids et sa forme.

Pour ses patients, il ajoute une pincée de « coaching » et une grosse louche de « suivi rapproché ». Mixe tout et laisse reposer.
Le résultat est surprenant mais savoureux : un diététicien qui sait cuisiner et qui ne vous lâche pas dans la nature entre deux consultations.

Concrètement, ça donne quoi ? Du concret. Par exemple, 24H après une première consultation Jérôme fait parvenir un bilan à son patient. Et se met entièrement à son service.
Concrètement donc : vous rentrez le soir et votre frigo vous fait déprimer ? Au lieu d’appeler Pizza X, un sms à Jérôme et ça repart.

Je demande à voir. Sans lui laisser le temps de réfléchir, je lui décris le contenu de mon frigo vide ce jour là. Des tomates, des yaourts, des yaourts et quelques yaourts, sans oublier deux ou trois yaourts et du fromage blanc ainsi que de la truite fumée et des fraises. Et lui demande de me concocter un menu équilibré pour le soir même. A peine décontenancé, il réfléchit et me bluffe.

Au menu : Tomates provençales, truite sauce au yaourt citronnée et sorbet fraise-basilic.

Devant mes yeux estomaqués, il comprend mon problème et me conseille à la volée de préférer le son d’avoine à la chapelure pour saupoudrer mes tomates qu’il faudra que j’ai coupées en deux et assaisonnées (sel, poivre, huile d’olive) avant de les enfourner à 210° pour 30mn environ, me refile la recette de la sauce au yaourt ( 1/2 yaourt + 1 Cuillère à Café de moutarde, le jus d’1/2 citron sel poivre et tu touilles) qu’il faudra que je verse sur ma truite fumée et du sorbet fraise-basilic ( 1/2 banane, 150 gr de fraises, 1 CS de citron, 1 CS de sirop d’agave ou de miel, 3 ou 4 feuilles de basilic, 100 gr de fromage blanc ou 10cl de lait. L’un des deux fruits doit être surgelé. Mixer le tout dans un blender) qu’il ne faudra pas que je congèle avant de déguster ! Un régal.

Etonnant, non ?
Plus étonnant encore, Jérôme n’hésite pas à superposer sa toque de chef sur sa casquette de diététicien. Il propose des cours de cuisine pour diffuser sa conception d’une alimentation saine, simple, rapide et conviviale avec des produits de saison et un minimum de calories.

A consommer sans modération !

Jérôme BODY

Clinique Bagatelle / UMAPS
201 Rue Robespierre
33400 Talence
Tel : 05.57.12 .35.32 / 06.45.58.77.49

NB : la photo du sorbet n’est pas de moi mais de Perrine qui mange sans gluten (clic)

 

Voilà bientôt deux semaines que nous avons plongé en 2011 et toujours autant de pffff lalaaaaaaa comment j’ai grossi/dis chéri tu ne trouves pas que j’ai pris des fesses un peu ?/ça c’est à cause du stress, ça me file des trous de cellulite/ tu me trouves grosse ?/En plus j’suis ballonnée, hein. Non ?/Ah non là c’est encore soupe ce soir les enfants. Des pâtes, ça va pas bien!/ Et pis je suis archi-crevée, je zappe le cours d’abdos-fessiers. Voilà./Pourtant j’ai presque rien mangé hier. Quoi ?

Évidemment le sport, une activité physique, se remettre en mouvement etc tout ça vous savez. Le sport est la base du…
Quoi qui est cette fille sur la photo ?

Faire du sport est la base d’une bonne santé, du bien-être, de la régulation naturelle de son appétit, disais-je.
C’est Nathalie. Pourquoi ?

Oui mais voilà, la routine, toujours la même chose au même endroit avec les mêmes personnes. Bof quoi. Envie de changement, de frissons, de nouveautés. Ouiiiiiiii !
Quoi c’est qui, c’est qui ? Je vous demande de vous arrêter maintenant.

Mais alors quelles sont les nouveautés en matière de fitness à Bordeaux ?

Nouveauté sport fitness Bordeaux. Non rien, je travaille mon référencement. C’est Bob qui m’oblige, parait que je devrais traduire mes articles in english too…
Or donc, s’il y a bien un domaine qui bouge à Bordeaux, c’est évidemment celui de la remise en forme.
Allez pour vous aidez à faire votre choix,  j’ai (encore) fait le tour des nouveautés et j’ai (encore) trouvé plein de choses. Ne me remerciez pas.
Oui je sais Nathalie est très jolie mais quel est le rapport avec le Nutella ????! Et je sais pas moi où a été prise cette photo ! Biarritz, non ?

D’abord si vous n’avez pas envie de courir ni de vous inscrire dans une salle de forme, et surtout si vous revenez à une activité physique après une loooongue pause, j’ai quelque chose pour vous.
Ça s’appelle l’acti’march’®. C’est la Fédération Française d’Éducation Physique et de Gym Volontaire (clic) qui vous propose cette nouvelle discipline. En soi rien de neuf, l’acti’march’® comme son nom l’indique c’est tout simplement de l’acti-marche, sans le ® ça le fait aussi. La vraie nouveauté c’est que cette acti’march’® là est très encadrée.
Voilà pourquoi le ®. Parce que justement c’est une marque déposée par la FFEPGV et que derrière le nom et le ® ce n’est pas que du marketing mais un vrai produit à la portée de tous.

Pour preuve l’acti’march’® se compose d’une cession de 15 séances avec un test de marche pour commencer, un cardio-fréquencemètre pour vous évaluer et voir votre progression et surtout l’élaboration d’un programme personnalisé par un animateur spécialisé et diplômé qui vous amènera en douceur à franchir les paliers qu’il aura déterminés pour vous et votre coeur.
Pas besoin d’habiter Bordeaux pour pratiquer, à Saint Médard en Jalles c’est Martine Burgel qui s’en occupe (06.14.14.41.87), à Gradignan, vous pouvez retrouver Muriel Heroult (06.70.19.42.43)  le mardi de 12h à 13h, par exemple. Et partout ailleurs en France, c ‘est (clic) que vous trouverez votre bonheur.

Puisqu’on est outdoor, restons-y. Et parlons Urban Fitness. Attention tendance. A Paris, elles ont toutes troqué leur abonnement en salle pour des sessions de sport en plein air. Et bien à Bordeaux, c’est possible aussi à tout petit prix avec un grand pro. Rendez-vous les dimanches matin à 9h30 ou 10h30 sur les quais de Bordeaux devant le skate park et laissez vous guider par Julien.
Avec lui vous ferez une heure de vrai sport sans même vous en rendre compte. Inutile de chercher les tapis de sol ou les poids, c’est au gré du mobilier urbain que Julien vous fera un programme de fitness adapté à vos besoins. Et au groupe, qu’il veut mixte. Des marches pour les fesses, un banc pour les abdos, un poteau électrique pour  les bras, bref tout ce qu’il trouvera sur son chemin sera prétexte à exercice. Du vrai renfort musculaire avec un vrai coaching rapproché.  5€ la séance. Réservation au 06 63 61 29 00.

Sport after work, the salle de fitness in Mérignac. Souvenez-vous (clic). Vous vous souvenez ? Et bien depuis décembre, at Sport after work vous pouvez Body Combattre. Les Mills’ addicts vont être contents.
Le Personal Training, remember ? (clic) Et bien la version duo vient de sortir. Vous prenez votre mari sous le bras ou votre meilleure amie ou votre maman et vous multipliez la motivation et divisez le prix par deux ! Et ouais.
Et d’ici quelques semaines, la salle se refait une beauté et un look plus design. Et pas qu’un petit coup de peinture. La totale, du sol au plafond.

Et le Pilates, ça fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de Pilates. Le Carreau, une des plus belles salles de Bordeaux, vient d’acquérir un reformer (le plus populaire des équipements de Pilates). Anne Brault vous a aménagé un espace superbe pour vous muscler intelligemment, sous SA direction. Je ne m’étends pas aujourd’hui, j’aurais l’occasion de vous en reparler très vite avec une surprise à la clef.
En attendant notez qu’Anne vous propose des cours particulier ou en groupes, qu’elle vous organise des stages  une fois par mois, que le prochain aura lieu le 22 janvier et que le thème en sera : la respiration. Tous niveaux mais places limitées…

Je termine ce très long article (oups) par une de mes salles chouchous : O-Zone.
Éric et Géraldine ont eu deux excellentes idées pour cette rentrée de janvier.
La première, c’est d’inclure du yoga à leur carte de cours. Tendance physique le yoga, celui qui développe la force et l’endurance et vous permet de trouver l’alignement correct. 7€50 le cours !  Même pas besoin de s’inscrire à vie ou de payer un abonnement mensuel pour pratiquer ! Les deux premières séances sont gratuites. What else ?

Oui what else ? Et bien Nathalie Deckert, diététicienne (en photo à la Une). C’est leur 2ème excellente idée.
Depuis hier Nathalie s’est installée dans les locaux d’ O-Zone (où vous pourrez la retrouver tous les les lundis et mardis de 17.00 à 20.00) pour des consultations diététique, complément souvent indispensable pour perdre du poids et retrouver ses formes.
La micro-nutrition est son domaine de prédilection et les anti-oxydants ses ennemis. (oui je sais ce qu’a dit Bob hier sur les anti-oxydants. N’empêche que quand je vois Nathalie, je me dis que Bob et ses théories c’est bien, mais que la peau et le teint de Nathalie c’est vachement mieux ! Et que des anti-oxydants, j’en veux! Plein.)
Ceci étant dit, merci de noter que malgré ma dernière expérience désastreuse avec une diététicienne je n’en tiens pas rigueur à la profession et que je suis même capable de vous donner le  numéro de portable de Nathalie (06.61.87.35.66)
Mais si vous appelez O-Zone 05 56 52 61 45, on vous la passera aussi.

Oh hé dites. Vous aviez remarqué que mon Bob chéri nous faisait une déprime post-tendinite du genou ? Je vous demande d’excuser les messages subliminaux qu’il a essayé de  faire passer dans son article d’hier. Pour la peine, je vous donne rendez-vous jeudi pour un dialogue entre lui et moi à cœur ouvert sur la suite de feu sa carrière sportive.
Demain nouvelle rubrique. Puisque personne ne m’a ENCORE envoyé de texte à publier de l’autre côté du miroir…

C’est après avoir fait bombance hier soir, que j’ai pris connaissance du commentaire peu amène de P. Rassat, mon ex-diététicienne, sur mon article bilan d’hier.

Au menu?

Cheesecake au saumon fumé en entrée, suivi d’une épaule d’agneau façon Jamie Oliver et ses Rattes du Touquet, et en dessert une mousse au chocolat aux éclats de noix de macadamia. Valérie et Pascal ont apprécié, Bob aussi. C’est là que j’aurais du commencer à comprendre que je venais d’entrer dans la 4ème dimension !

Avec dans le rôle du narrateur, en écrits off : ma diététicienne. Enfin mon ex. Pour ceux qui aurait raté le dernier épisode, voir ici.

1460 mots. 8698 caractères (espaces compris). 8698 !

C’est super lourd à digérer. Surtout après mon dîner presque parfait. Je dis presque parce que les 8 fois 600m de la séance de ce matin m’ont rappelé que tout n’était pas à jeter dans le long commentaire de la diét.

A jeter le ton professoral et condescendant et même menaçant. Après les Roms, la Fée Clochette en victime expiatoire du courroux « diétilenciel« .
A jeter la comparaison entre Malin maligne et une entreprise privée, en l’occurrence un annuaire toulousain de bien-être, qui lui demandait des sous.
A jeter quelques contre-vérités, dont je ne ferai pas la liste. Mais punaise, oser dire qu’elle avait tempéré une irrépressible envie de perte de poids supérieure à 2kg. Là, je dis non. Ma bouée, oui. Perdre du muscle, non, et le muscle c’est lourd. Et Bob m’a toujours dit que j’avais besoin de bons quadriceps et d’un bon dos pour aller au bout de mon challenge cannois.
A jeter l’opprobre lancée sur les années 80 et la non-publicité publicitaire et répétitive sur l’agenda surchargé.

Voilà. C’est tout, et c’est déjà pas mal.

A garder, bin, tout ce que je vous ai décrit par le menu ici et toutes les choses qu’elle m’a apprises sur les éléments basifiants.

A garder aussi, le vrai débat suscité par vos commentaires et la position de la diét. Un vrai débat qu’en masothonienne encore virtuelle je n’avais pas appréhendé du tout avant d’entamer le plan d’entraînement. Une perte de poids, via une « sélection » des aliments et donc une « frustration » alimentaire, est-elle compatible avec un objectif sportif, surtout lorsqu’il s’agit de boucler un 1er marathon? Je pensais que oui avant ma prépa. La diét’ pense que oui également et le confirme dans ses écrits. Mais à votre lecture et à mes 1ers ressentis après presque 4 semaines d’effort j’ai un sérieux doute qui m’étreint la bouée. Et çà fait pschitttt, sans qu’elle ne se dégonfle pour autant… voilà un vrai débat auquel elle pourrait répondre, sur lequel elle pourrait argumenter, ainsi que sur la nécessaire compatibilité d’humeur voire de caractère  entre la diét’ et sa cliente/patiente/usager, merci de rayer la mention inutile.

Voilà c’est fini, vous pouvez tous et toutes aller manger amis et amies sportifs et sportives. Qui sa banane, qui son riz au lait, qui ses carrés de chocolat.

Moi je reste toute seule, abandonnée par ma diététicienne. La phrase est tombée comme la guillotine sur le cou de Louis XVI : VOTRE RENDEZ-VOUS DU 12 OCTOBRE A 9h00 EST ANNULÉ. Dans mon immense solitude, j’ai donc décidé de faire plaisir à quelqu’un, comme çà, juste pour le fun et ne pas me sentir délaissée. Alors rien que pour toi Cédric, voici 3 nouvelles photos. Tu peux remercier ma diététicienne et te dire que toi aussi, désormais et grâce à elle, tu as rejoint la 4ème dimension...

A 5 jours de mon second rendez-vous chez ma diététicienne, j’ose un bilan. Un petit. A mi-course.
Pas reluisant, autant être claire dès le départ. Pourtant ça avait si bien commencé mon histoire. J’étais sortie de cette première consultation remontée comme une pendule, prête à obtenir de ma volonté ce que je voulais : l’arrêt du Nutella, la perte de ma bouée abdominale et du muscle en remplacement de ma masse maigre.

Je débutais mon plan d’entrainement marathon aussi et forte de mon petit paquet de conseils diététiques, je m’y étais mise illico presto à ma nouvelle répartition alimentaire.

Les jours sans course à pied c’était Byzance avec yaourt à 0% et fruit (un seul, le midi ou le soir, il faut choisir…) et chocolat aux amandes (1 carré !) à gogo. Enfin non pas à gogo justement. Viande ou poisson ou œufs ( fois deux toujours qu’elle avait spécifié) à midi ET le soir en plus de mes féculents et des légumes natures (pou-ah !).

En revanche les jours avec course à pied c’est vite devenu un calvaire. Les séances augmentant en volume, j’ai trouvé que « pas de viande, pas de poisson ni œufs ( fois 2) le soir »  et « pas de laitage ni fromage le midi » c’était trop. Peu.

Mais j’ai tenu 10 jours, 10 longues journées à regarder les enfants manger du Nutella au goûter. 10 longues journées à regarder les enfants finir leur repas par un yaourt un soir sur deux. 10 longues journées à regarder Bob engloutir ses 5 bananes quotidiennes. Oui chéri, je viens de t’outer, toi et tes 5 bananes. Tu vas pouvoir écrire un article sur ton addiction.

Et au bout de 10 jours : pesée ! La diététicienne avait prédit une perte de 2kg facile en un mois. A J+10 j’en étais à -1kg500 !

Joie, oh bonheur, c’est moi the best of the world des filles au régime. C’est la phase post-euphorie que j’ai moins bien négociée. Que je n’ai pas gérée du tout même. Car ce jour là pour fêter ça, je me suis permise un 2nd carré de choco aux amandes au goûter. Le lendemain je m’autorisais la moitié de la plaquette et le surlendemain je goutais avec mes enfants autour d’un bon gros pot de Nutella. Sur de la brioche. Pensant par devers moi que ce n’était pas 2 malheureuses cuillères de Nutella qui allaient me saccager mon kilo 500. Ni une pauvre tablette de choco noisettes. Oui j’avais fait un come back sur le choco noisettes aussi, les amandes c’est moins bon.

Ni un pauvre yaourt le soir, même plus à zéro % de MG. D’ailleurs, j’en ai mangé 2 sur 4, j’ai oublié les 2 derniers au fond du frigo à gauche, les ai ressorti 5 jours après la date de péremption et les ai généreusement donné à Bob.

C’est quoi alors qui a saccagé mon kilo 500gr ? A vrai dire je ne me souviens pas. J’ai continué crânement sur ma lancée jusqu’à ce jour où dans le rayon chocolat de mon hypermarché Gaspard 3 ans 1/2, les bras chargés de Kinder bueno, country, pingui, maxi, delice a pointé son doigt devant lui et crié « mamaaaaaaaan c’est celui-là ton chocolat à toi ! »
C’est dingue comme il est intelligent ce petit ! J’ai du en acheter une fois et encore à l’insu de mon plein gré et lui, hop il a imprimé le packaging !

Oui. oui C’était bien lui. C’était bien moi. C’était bien nous. J’assume. Je m’assume. Pas du tout.

Retour à la maison et directement sur la balance + 2kg dans ma bouée.

Alerte rouge. Plan B. Red alert. Je répète Alerte rouge. Plan B. Qu’est ce qui a bien pu se passer ? Les aliments acidifiants je crois bien. J’ai abusé des framboises du jardin. Ah non, impossible la 2ème récolte, on l’a laissée pourrir sur l’arbre.
Les quantités de féculents ? C’est ça. A cause du commentaire de Mireille, j’ai arrêté de tout peser. Et j’en ai trop mangé ! Ah non, j’ai jamais rien pesé.

Alors quoi ? Dame Nature aurait-elle décrété que mon nouveau poids de forme se situerait à 52kg ?! C’est donc à 52kg que mon corps cesse de craindre la famine, c’est ça. Pas moyen de descendre en-dessous ?

Une idée me traverse l’esprit. Et si j’avais pris du muscle. Plein. Et perdu toute ma masse grasse. Toute. Hein ? Grâce au Nutella, tout ça.

Verdict mardi prochain à 9h00.

NB : si Ferrerro veut me faire signer un contrat publicitaire (avec toutes les fois que je cite la marque, il peut !), qu’il passe directement par moi. Je crains que mon coach ne fasse barrage.

NB2 : les commentaires sont fermés au coach ! Fer-més.

Vive le Nutella libre !

Sinon j’ai noté vos questions, j’ en fais part à la diététicienne.

mincea-045Absolument. Le Bodysculptor. Au centre d’amincissement Les Petits plus de Mincéa à Bordeaux-Caudéran et franchement quoi !
Je suis bien d’accord avec vous, Bodysculptor, c’est pas un nom pour un concept censé séduire les femmes qui veulent maigrir. Si je n’étais tombée sur l’enquête de l’été « Lutter contre la cellulite » lancée par la belle Laurence Ferrari un soir de juillet au 20h00 de TF1, jamais je n’aurais eu l’idée de tester. Encore moins l’envie. Mais une idée lancée comme ça au 20h00 par Laurence F. en plein mois de juillet, comment vous dire ? J’y cours.
En vrai et après visionnage du sujet, j’ai d’abord pensé que le Bodysculptor était à un mix de Elle MacPherson et de Terminator. J’avais pas vraiment tort…

Valérie a repris le centre Mincéa en juin dernier et a tout refait. La déco est parfaite, l’accueil irréprochable, la prise en charge solide. Elle avait une idée précise de ce qu’elle souhaitait offrir à ces clientes, y’a pas photo, c’est réussi. Lui reste à relooker son site internet et tout sera nickel. En attendant vous pouvez toujours vous rabattre sur sa page Facebook.

J’arrive, comme d’habitude, à l’arrache pour ne pas dire en retard. Au bord de la crise de nerf, pour ne pas dire en pleurs. C’est la rentrée, la première sans Enzo, la première de Gaspard à la maternelle, la première d’Ugo au lycée. Du lourd. Je pousse donc la porte du centre légèrement tendue et ressens un plaisir immédiat. Je pénètre dans un havre de quiétude. Le contraste est saisissant. Dehors la rue, les voitures la lumière vive du soleil, mes angoisses.
A l’intérieur, des couleurs pastel, des orchidées partout et de la musique zen. Je suis allergique à la musique zen. Je n’en peux plus de me faire masser au son des baleines et de l’eau qui coule. Et bien là, la musique zen et la sérénité du lieu ont eu raison de mes tensions et de ma mauvaise humeur. Instantanément. Valérie tarde à arriver, c’est pas grave. C’est même parfait, je profite du moment.

3

Petit bout de femme énergique, elle arrive. On s’installe, la discussion est franche et féminine. Elle m’explique le concept de son centre d’amincissement, les produits utilisés, sa qualité de naturopathe.
On parle de tarifs, d’accompagnement global de la personne, de ses conseils nutritionnels avec plan alimentaire et pesée, du pôle esthétique qu’elle a développé avec Kim, sa masseuse. De ses mains de fée, à Kim. Tellement douée qu’elle lui demande de terminer toutes ses épilations par un massage, à Kim. Je commence à me dire que c’est la 1ère et dernière fois que je fais confiance à Laurence Ferrrari. Le Bodysculptor ne me massera rien du tout. Quel désespoir.Sans-titre-1
Valérie continue. Elle a choisi sa ligne de cosmétique en fonction de sa passion pour l’aromathérapie et du parfum gourmand que chaque soin déploie. Et puisqu’elle frustre ses clients au niveau alimentaire, elle les submerge olfactivement avec des soins ISHI au chocolat ou au tiramisu. J’aime l’approche.

Mais comme je suis là pour le Bodysculptor, on va passer au Bodysculptor. Le BodySculptor est une technique amincissante qui associe l’efficacité des ondes basse fréquence aux bienfaits du drainage corporel par micro-pression.
C’est le principe du Compex, de la New Life, ne vous demandez pas si ça marche ou pas. Si vous avez de la cellulite et un budget bien-être conséquent, voire très conséquent, foncez.
Y’en a partout à Paris, Valérie est seule à le proposer à Bordeaux. C’est une machine de kiné, c’est pro, parfaitement inoffensif pour la peau et le corps. Les ondes basse fréquence Bodysculptor sont à l’origine de propriétés biologiques qui entraînent une réduction sélective de la masse grasse corporelle par stimulation des mécanismes biologiques de la lipolyse. Les acides gras stockés sous forme de tri glycérides dans les cellules adipeuses (adipocytes) sont alors, sous l’effet des ondes de BodySculptor, libérés, extraits et éliminés entraînant ainsi un dégonflement de la cellule adipeuse. C’est pas moi qui le dit, c’est encore mieux expliqué là.
En clair, on ne maigrit que de la cellulite, on garde sa masse maigre c’est à dire ses muscles.

Le but  ? Des pertes de cm de ma bouée. Si possible définitives les pertes.

Valérie m’enduit de sérum raffermissant, m’enroule dans un film de cellophane, me demande de m’allonger et m’enveloppe dans une énorme ceinture taille XXL, me sangle de partout, branche sa machine et m’invite à m’endormir !

2Le soin dure 60mn, mais j’ai pas vraiment le temps de rester 60mn, rapport à Gaspard qui m’attend à l’école. Elle s’adapte, règle la machine à 50mn et me prévient que je ne pourrai pas profiter du massage drainant qu’elle offre ensuite à ses clientes. Le petit plus qui fait SA différence.
Je suis maudite et Gaspard aussi, pour 5 générations. Mais mon look de cosmonaute me plait…et je suis relaxée, limite je plane. Je ne sens rien pendant plusieurs minutes.
Puis ça commence à chauffer sec dans ma combi, et progressivement je sens que la transpiration coule à flot. Je gère. Mollement. La chaleur me procure une sensation de bien-être.
Puis je gère un peu moins. Enfin, je ne gère plus du tout et je demande grâce. Valérie me délivre 2mn avant l’heure.

L’effet est immédiat, c’est dingue comme je me sens dégonflée de la bouée. Mais j’émets un doute sur la suite : vais-je la retrouver ? Vite ? Quand ? Dès que je vais me réhydrater ?

Valérie me calme un peu « ce n’est pas une séance de Bodysculptor qui va changer ma vie, il faudrait que je teste au moins une cure de 12 séances ».

C’est vrai que ma séance de Body n’a pas changé ma vie, mais je dois admettre que j’ai été bluffée. Impression d’avoir perdu en ballonnement et gagné un cran de ceinture pendant au moins 48h.

Et le prix ? 14 soins : 728€ soit 52€ le soin (avec conseils alimentaires)

Oui c’est cher, mais pas plus qu’une séance de Cellu m6.

Les petits plus de Mincéa, 103 avenue Louis Barthou, Bordeaux Cauderan
Tel : 05.57.26.38.10

UA-9091949-2