Home Testé pour vous

Le plaisir c'est simple comme mater un sport racoleur à la télé...

J’adore respirer l’odeur du napalm au matin (clic). Boire du Serre de la cantine di due palme (clic). Et mater des nanas en short à la télé.

Maintenant vous saurez tout.

Trêve d’entraînement oblige je me suis retrouvé samedi à zapper, totalement avachi sur mon canapé,Canal +, TF1, Antenne 2,  FR3… jusqu’à MCS Extrême, « la chaîne de sport 100% extrême, pour une montée d’adrénaline quotidienne. De l’extrême français et européen aux événements américains, tous les terrains de jeux sont  bons pour les accros de l’action« , MCS extrême, la chaîne dont tu ne reviens jamais…

Il devait être aux alentours de 14h37 quand j’ai définitivement quitté la course à pied, près de 9 années passées à me fourvoir alors que le sport de mes rêves était là, tout près de moi, si près de moi, si simple et si beau. Un ballon, des femmes, de la lingerie, voilà le concept ultra-évident de la Legends Football League (LFL), la croupe rebondie et à demi-nue, tout nichons dehors, mais la tête bien protégée par un casque, 2 hordes de donzelles s’affrontent à la conquête du monde sous les yeux d’un public étriqué par les dimensions d’une pelouse de 50  yards ou verges anglaises.

2562-ce-sport-qui-rend-les-sportives-sexy-650x0-1 football-americain-feminin-001 LFL_0404

J’aime ce sport, I love America.  Pour débuter votre initiation je vous apprends que le jeu se dispute sur quatre quart-temps de 8 minutes chacun, coupés d’une pause de quinze minutes entre le deuxième et le troisième, avec des prolongations en mort subite de huit minutes si les deux équipes sont à égalité à l’issue du temps réglementaire (clic).

La LFL débarque en France (clic), Mel toujours à la « pointe » de la tendance sportive éphémère a rejoint les rangs serrés de l’équipe de Football Lingerie de Houilles, la FLH. Quoi vous ne me croyez pas ? C’est parce que vous ne connaissez pas encore Mel la banlieusarde du 7-8 ! Elle a  annoncé  l’info en avant-première à ses followers, notamment à N. Zidane,  le journaliste sport de France Info et grand spécialiste de la LFL vue la rapidité avec laquelle il a expliqué à Mel toutes les subtilités tactiques de ce sport merveilleux.

Mel à demi-nue un ballon entre les mains sur un terrain synthétique en plein hiver à Houilles, je demande à voir… Vous aussi non ?

 

Mes amis, l’heure est grave. J’ai trouvé un nouvel exercice sportif addictif qui ne te fait pas transpirer 10 litres d’eau à la séance. De mieux en mieux, hein.
J’ai nommé : MyFitnessPal, l’appli mobile qui compte toutes les calories que tu manges et celles que tu dépenses et qui te dit si c’est bien ou mal. Archi crevant si tu le fais systématiquement et minutieusement. On a les activités sportives qu’on peut. Bon.

A vrai dire, j’avais téléchargé MyFitnessPal sur mon Iphone dès sa sortie il y a quelques mois, puis je l’avais consciencieusement oubliée et je l’ai ressortie hier.
Le principe ? Tu entres tout un tas de données perso dans la machine, comme ton poids, les kilos que tu voudrais perdre, la fréquence de tes exercices physiques et hop, la machine calcule et te sors le nombre de calories auxquelles tu as droit chaque jour.
Pour moi, pas lourd : 1 200 calories en tout et pour tout.
Sachant que dès le petit déj avec mon café, mes deux tartines de pain grillées et beurrées et un peu de miel, je me grille déjà 400 calories.
Le calcul est vite fait : 1200 – 400 = la misère.
Alors toute la question est : quel est le secret pour pouvoir finir la journée sans crever de faim ou manger les miettes sur mon tee-shirt ?
Faire du sport. Et brûler les calories que tu viens de manger.
C’est rigolo, non ?
Non.
C’est pas trop trop rigolo, on est d’accord.
Mais mais mais, je dois avouer que l’appli n’est pas trop mal foutue et que ça peut te remettre à l’endroit si tu as besoin d’un petit coup de pouce pour t’aider à arrêter de faire du gras sur le canapé.
L’appli est facile à prendre en main, il suffit de taper pain ou yaourth pour avoir accès à une liste impressionnante de produits familiers, genre Chocolat Nestlé dessert. Liste dans laquelle tu pioches ce que tu viens de manger et hop tu valides.
Côté exercice, tu as le choix entre une activité cardio et une activité muscu.
Si tu tapes running, tu te retrouves avec tout un tas de distance en miles, ce qui n’est pas hyper pratique quand tu cours en kilomètres. Il te faut donc convertir et entrer une distance et une vitesse approximatives dans la machine. Et là, le choc quand tu t’aperçois que les 10km que tu viens de t’avaler avec Bob annulent seulement ton petit déj.

Tout ça est reporté dans un petit tableau qui indique l’objectif, les calories, celles dépensées par le miracle de l’exercice et celles qui restent. Et à la fin de la journée, tadaam : le bilan. J’ai mangé 28 calories de trop.
Et le petit commentaire : « Si tous les jours étaient comme celui-ci, vous pèseriez 51kg dans 5 semaines ».
Conclusion et décryptage : si tu manges un couscous à midi et un autre le soir MAIS que tu te tapes 10km le matin, tu as une chance de perdre 500 grammes en 5 semaines.
Voilà.

Appli marrante et plutôt addictive (tu te surprends à enchaîner 3 pompes après avoir mangé en douce un carré de chocolat) à condition de la consommer au 3ème degré et avec modération. Personne souffrant de troubles alimentaires s’abstenir.
Crédit photo : Hervé Mascot

Carmel-004114

Vous cherchez des chaussures de running pas cher sur Internet ? Vous vous demandez quel est le meilleur site de vente en ligne d’articles de sport ? Vous voulez courir au meilleur prix parce qu’ un amorti tarifé comme une conférence de Sarkozy ça vous rend dingue ? Vous souhaitez savoir si Dieu existe et avec quelle pompe il courra son prochain semi-marathon ? Vous souhaitez savoir si j’existe et avec quelle pompe je courrai mon prochain semi-marathon ? J’ai toutes les réponses…

Un peu d’économie pour commencer. Selon l’institut LSA (clic), la croissance annuelle des ventes de produits de running est de 5% par an.  Asics, leader du marché, connaît une progression « à deux chiffres » du nombre de paires de running vendues. Business is business… Les produits commercialisés sont de plus en plus techniques et souvent sans gain réel pour le coureur (c’est moi qui le dis). En ce bas monde consumériste où rien ne peut plus être simple, il faut du neuf chaque année, tous les modèles sont millésimés, il (leur) faut de l’innovation et de la technologie pour affoler le « coursommateur ».

Cette course folle a fini par décoller les prix du sol, comme une foulée de kényan, les KAYANO, haut de gamme de chez ASICS, sont vendues à plus de 170€… A ce prix-là, vous avez quand même droit aux chaussures droite et gauche, vous pouvez même choisir votre pointure. Le luxe a un prix.

Niveau circuit de distribution fleurissent les enseignes, DECATHLON, GO SPORT, SPORT 2000, CASTORAMA (cherchez l’intrus) etc. pour les généralistes, ENDURANCE SHOP, PLANÈTE JOGGING, BOUTIQUE MARATHON etc. pour les spécialisés, sans compter les revendeurs du coin que je fréquente par engagement politique, TOUS ENSEMBLE DÉFENDONS LE PETIT COMMERCE, LE MADE IN FRANCE ET L’ARTISANAT, Running Bordeaux et TRAID à Bordeaux. Ou Le marathonien à Sartrouville qui ne veut pas me reprendre (« reprendre » mais pas au sens de « repriser » hein ?)  mes MIZUNO WAVE SAYONARA trouées au bout de 2 minuscules mois d’utilisation (clic). Le marathonien que j’ai trompé en cherchant chaussure à mon pied sur MEETIC. Non. Sur le web.

Des sites web de vente de chaussures de running, des pure players, y’en a plein, les plus connus, Lepape (à ne pas confondre avec son célèbre homonyme du Vatican spécialisé dans la production d’hosties),  I-Run, univers-running…  mais je n’y ai jamais rien acheté, je n’aime pas faire comme tout le monde.

Bon alors, t’accouches, c’est quoi les sites Internet pour courir au bon prix ?

Impatientes lectrices, voici ta liste de Noël, on fait dans l’illustratif avec un good exemple, celui de mes MIZUNO WAVE SAYONARA, j’en suis fou, légèreté, souplesse, dynamisme et… aération grâce aux trous pour les orteils.

Au 28/10/2013….

CASAL -RUNNING.com  : 87,50€ + 5casal-sport-mizuno-sayonara€ de frais de port (clic)  

WIGGLE.fr : 107 €  (clic) 

RUN21.COM :  109,35€  (clic)

ACTIVINSTINCT.fr : 109,70 € (clic)

LE PAPE.com : 125  € (prix catalogue) (clic)

I-Run.fr : 125€ (prix catalogue) (clic)

Vu la méga différence de prix, je demanderais bien à CASAL RUNNING société française basée en France (oui l’Alsace c’est en France pour toi qui habites au sud de la Loire) comment c’est possible. Je vais leur demander. Je remplis un formulaire en ligne et on va voir s’ils ont en plus un bon service com’. Je vous tiens au courant.

Encore un conseil, si vous êtes débutant tout court ou moyen-plus, foncez chez un podologue du sport, un bon podologue du sport, il analysera votre foulée et vous dira si vous avez besoin de semelles pour protéger votre dos et vos genoux. S’il est vraiment bon, il vous conseillera même un modèle de chaussures de running.  Vous achèterez vos chaussures chez le petit revendeur du coin. Pour l’aider à vivre sa passion. Et aussi pour connaître votre pointure. La paire suivante vous l’achèterez sur le web. Ainsi de suite…

Sinon je courrai le semi-marathon de Boulogne-Billancourt le 17 novembre en ASICS WAVE SAYONARA hyper-ventilées, vous me reconnaîtrez facilement !

————————————————

EDIT DE 9h LE 29/10/2013

Le cours de la MIZUNO WAVE SAYONARA vient de remonter chez CASAL RUNNING au prix catalogue soit 125 € !!!!!!

WIGGLE.fr est désormais en $tête$ avec 107€ tout compris.

Vous vous souvenez du pari foufou du Club Med Gym sur ma tête : on va lui offrir un abonnement d’un mois avec accès illimité dans toutes nos salles et elle va se remettre au sport parce qu’elle n’aura #pasdexcuse (clic).

Alors comment vous dire ? J’y suis allée au Club Med Gym !
Ouais.
Une fois.
Dans la salle de Montparnasse pour faire un cours de Cx Worx.
J’y suis même allée un jour de boulot, en semaine, entre midi et deux. C’était un peu chaud parce que j’ai du parcourir Paris d’un bout à l’autre mais je suis une warrior. I did it.
Le Cx Worx c’est quoi ? C’est un cours collectif, jusque là tout va bien. Qui ne dure que 30mn, parfait pour la flemme que j’ai.
Le “C” signifie “core” ou “buste”; le “X ” désigne les exercices en langage de sportif ; et le “Worx” c’est “works” en pire.
Donc le cours de Cx Worx, c’est un peu d’échauffement qui permet d’activer zone par zone les groupes musculaires progressivement et ensuite c’est des exercices que tu enchaînes jusqu’à ce qu’explosion de tes quadriceps s’en suivent.
Crunchs, extensions de jambes, renforcements debout et  postures d’équilibre avec une prof sur-vitaminée qui fait tous les exos avec toi et qui te crie sans relâche(ment) (ahah) comme c’est bon de transpirer en rythme là tous ensemble.
Du lourd, donc.

J’avoue avoir halluciné devant sa pêche et m’être cachée derrière ma voisine pour récupérer en loucedé avant de m’apercevoir que la séance touchait déjà à sa fin.

30mn ça passe vite. Récupération et étirements compris.

Sinon la salle se trouve en plein milieu de la rue de Rennes, derrière une immense porte cochère qui donne sur une cour intérieure comme il en existe à Paris. Le grand luxe. Erigée sur plusieurs étages, avec des cours de squash, plein de petites et plus grandes salles de fitness, un grand plateau de muscu, le tout hyper nickel avec une femme de ménage qui passe le balai pendant que tu te douches et qui te tutoie en te demandant si t’as passé une bonne journée, comme à la maison.
Les gens ont l’air de se connaitre, l’ambiance est conviviale et l’équipe très serviable. Genre si tu oublies ton cadenas et que tu insistes bien sur le fait et que tu es blogueuse, ils remuent ciel et terre pour t’éviter d’aller au Carrefour Market du coin en acheter un à 15€. J’ai apprécié.
Voilà.
C’était bien, un peu court mais bien.
Faudrait juste que j’y retourne vite, l’abonnement se termine  (déjà) jeudi. Ou qu’ils me rallongent mon abonnement de 4 ou 5 ans pour que j’arrive à faire au moins 3 ou 4 séances.
J’ai honte. Un peu.
Désolée pour la photo, j’ai définitivement perdu tous mes réflexes de blogueuse testeuse, imaginez donc, je suis allée faire le cours sans mon Iphone. Obligé de remonter le chercher pour faire une photo après le cours.
La loose. Un peu.

pasdexcuse

 

On est d’accord, des excuses pour ne pas aller courir, nager, transpirer et se faire mal, on en a toutes des tonnes. D’ailleurs, je vous en avais données quelques unes là (clic), prêtes à l’emploi.
Mais on est aussi d’accord, qu’arrivé à un certain point (vous pouvez remplacer point par poids ça marche aussi) de stress et de flatitude des cuisses, des fesses, de la sangle abdo et des bras, ça peut plus durer.
Alors on fait quoi ?
On chouine sur nos muscles ramollis, on essaye de s’y mettre, on ne sait pas trop comment faire, on se lance à corps perdu dans une activité à 150€ par mois, on prend un abonnement à l’année pour être sûre d’y aller et finalement on laisse tout tomber au bout de quelques semaines de grisaille et de stress au travail, parce que trop c’est trop, on ne peut pas tout faire ni tout gérer. Finalement, on passe l’hiver avec sa culpabilité sous le bras et au printemps on fait la gueule, on se déteste quand vient l’heure de ressortir les jambes et les bras.

Bon. Alors.

Souvenez-vous dans une autre vie, que les moins de 4 ans de blog ne peuvent pas connaître, j’avais lancé l’idée de Chasseur de Forme, le concept simple de la personal shopper de sport. Une fille (moi) qui connaîtrait toutes les salles de sport et les activités sportives d’une ville pour les avoir tester personnellement et qui vous guiderait avec un oeil pro et bienveillant pour trouver enfin sport à votre pied.

Et puis la vie, un déménagement à Paris, un nouveau job et quelques mois plus tard, la personal shopper de sport un peu encroutée (clic) qui est en moi ne sait plus ce que sport veut dire et tente sans plus y croire de s’y remettre à intervalles réguliers.

Jusqu’à jeudi dernier. Jour béni des Dieux de l’Olympe où grâce à un tweet, je suis ressuscitée de mes cendres. Amen.
Un échange de mails et un coursier envoyé directement par Le Club Med Gym pour m’apporter à domicile un abonnement d’un mois offert à toutes les salles du réseau m’ont regonflée à bloc.

22 salles dans tout Paris, 50 activités sportives, 200 coachs, des installations hightech, des espaces taille XXL, des nouveaux concepts, des facilités, de la motivation en barre, des conseils bref tout pour m’inciter à me remettre au sport régulièrement, tenter enfin d’atteindre mon objectif et relancer mes tests de blogueuse sport.

Belle campagne de communication du groupe, je dis clapclap. La Dircom est impressionnée. Et la Dircom, blogueuse et ex chasseuse de forme va donc se prêter au jeu et tester pour vous si la formule très ludique du #pasdexcuse marche.

Je déclare donc ouverte ma 3 000 ème tentative de reprise d’une activité sportive sponsorisée par Le Club Med Gym. Le suspens est à son comble (si, si !).
C’est parti pour un mois de sport.

Objectif : perdre 2kg, remonter un peu mes fesses, affiner ma taille et muscler mon dos et mes bras. Et accessoirement vous faire découvrir les meilleures salles, activités, exercices, coachs de la Capitale. Sans langue de bois, il va sans dire.

#pasdexcuse

UA-9091949-2